EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Chypre > Chypre : L’UE adopte un profil bas face aux (...)

Chypre : L’UE adopte un profil bas face aux Turcs

Ecrit par Hakan, 2009-12-08 22:05:24


La Turquie ne cède pas un pouce sur le dossier chypriote malgré ses engagements. L’UE devrait néanmoins être moins ferme vis-à-vis d’Ankara qui se tourne vers la Russie.

La Turquie, qui est intervenue en 1974 dans le tiers nord de Chypre en réaction à un coup d’Etat de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient rattacher l’île à la Grèce, ne reconnaît toujours pas la partie chypriote grecque. Elle refuse d’étendre une union douanière à Chypre, qui a pourtant rejoint l’UE en 2004. Si, en septembre 2008, les communautés turque et grecque ont repris leurs pourparlers en vue d’une réunification, sur le terrain les progrès son extrêmement limités. L’UE constate ainsi que l’engagement turc d’ouvrir ses ports et aéroports aux navires et avions chypriotes est au point mort. Toutes ces raisons avaient poussé les Européens dès 2006 à geler plusieurs chapitres de négociation jalonnant le processus d’adhésion de la Turquie.

Questions énergétiques

L’UE devrait malgré tout adopter cette fois un profil bas. Les Européens souhaiteraient « éviter toutes menaces ou actions qui pourraient porter atteinte aux relations de bon voisinage et à la résolution pacifique des querelles ». L’UE veut aussi saluer la normalisation des relations de la Turquie avec l’Arménie, une meilleure prise en compte des droits des Kurdes. Ce changement d’attitude pourrait aussi s’expliquer par le souci de ne pas voir les Turcs se détourner davantage de l’UE. Des inquiétudes nourries par le net rapprochement, sur des questions énergétiques notamment, amorcé ces derniers mois entre Ankara et Moscou.

Source : avec "Le Telegramme"

********************************************

RAPPEL

Chypre est divisée en deux depuis l’intervention en 1974 de l’armée turque dans le nord à la suite d’un coup d’Etat des nationalistes chypriotes grecs qui voulaient rattacher l’île à la Grèce.

Un plan de réunification de l’île conçu par l’ONU (plan Annan) et approuvé par les instances internationales, a été soumis à référendum le 25 avril 2004. Alors que la partie turque a voté à 65% « Oui » , la partie grecque, elle, a voté majoritairement (à 75%) « Non ». En réponse à ce refus de la Paix par les Chypriotes grecs, la Turquie leur interdit l’accès à ses ports.

Mot-clé :
Histoire Politique République Turque de Chypre du Nord (RTCN)
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank