EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Ankara veut s’impliquer dans le processus de (...)

Ankara veut s’impliquer dans le processus de règlement du conflit du Karabagh (Azerbaïdjan/Arménie/Turquie)

Ecrit par TN-pige, 2009-11-18 10:20:02


Reprenant les arguments déployés le 22 octobre dernier par le ministre turc des affaires étrangères Ahmet Davutoglu lors de sa visite à Bakou, l’ambassadeur de Turquie aux États-Unis, Nabi Sensoy, a indiqué ouvertement, vendredi 13 novembre, que le gouvernement turc désirait s’impliquer dans le processus de règlement du conflit du Haut-Karabagh par la voie des négociations en cours entre l’Arménie et la Turquie en vue d’une normalisation des relations entre les deux pays.

La Turquie a rappelé que le conflit du Karabagh devait être réglé dans le respect des droits du peuple azéri et que les protocoles turco-arméniens étaient l’occasion idéale pour parler du sort des territoires azéris sous occupation arménienne.

L’Arménie, craignant que les protocoles signés avec la Turquie ouvrent une brèche dans sa politique de purification éthnique au Haut-Karabagh ne ratifiera pour sa part ces mêmes protocoles qu’une fois que les députés turcs les auront approuvés.

"La Turquie poursuivra ses efforts en vue d’une solution durable du conflit [du Karabagh]", a déclaré M. Sensoy dans un entretien accordé à l’agence de presse Trend. "Nous pensons que ce sera utile non seulement aux relations bilatérales entre la Turquie et l’Arménie, mais aussi au titre d’une contribution positive à la paix, la stabilité et la sécurité dans le Caucase du Sud, une région où les conflits gelés sont nombreux", a ajouté M. Sensoy.

L’ambassadeur turc a indiqué que les protocoles orientent l’Arménie et la Turquie dans une nouvelle direction, "extrêmement intéressante".

L’administration Obama semble du même avis que le diplomate turc, et doute d’une ratification des protocoles par le Parlement turc en l’absence de progrès notables dans le processus de paix au Karabagh. C’est ce qu’a déclaré l’assistant au Secrétariat d’Etat américain, Philip Gordon, lors d’une visite officielle le 13 novembre à Ankara. « Ce sera difficile pour le Parlement turc de ratifier les protocoles signés avec l’Arménie, sauf s’il y a une amélioration dans le Haut-Karabagh », a indiqué M.Gordon lors d’une conférence de presse dans la capitale turque, à l’issue d’une rencontre avec de hauts responsables turcs visant notamment à préparer la visite du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan aux Etats-Unis le 7 décembre.

Lors de sa visite à Washington, M.Erdogan doit rencontrer le président américain Barack Obama avec lequel il devrait évoquer un large éventail de questions concernant le rôle diplomatique toujours plus important de la Turquie au Moyen-Orient, du Caucase et d’Asie centrale.

Haut-Karabagh

Le Haut-Karabagh est une région d’Azerbaïdjan envahie par l’armée arménienne au début des années 1990. L’agression arménienne s’est soldée par le massacre et la déportation de la totalité de la population azérie de la région et dans le cadre de la politique de purification éthnique planifiée et mise en oeuvre par l’Etat arménien.

Aujourd’hui, plus d’un million de réfugiés azérbaïdjanais vivent dans des conditions déplorables en attendant de pouvoir éventuellement récuperer leur biens spoliés par l’Etat arménien.

Les terres et maison laissées à l’abandon (quand elles n’ont pas été détruites par les pillonages des troupes arméniennes soutenues par des militaires russes) ont été "offertes" par l’Etat arménien aux colons installés pour "repeupler les territoires liberés"(sic) [1]

A plusieurs reprise, les instances internationales ont condamné ce véritable génocide du peuple azéri et enjoit l’Arménie de libérer les territoires qu’elle occupe illégalement. Le statut-quo étant à son avantage, l’Arménie ne montre aucune preuve de bonne volonté quant au sort du million de réfugiés azéris chassés de leurs terres et nie le Génocide Azéri.

Massacres des Azéris par l’armée arménienne

L’Arménie nie la mise à mort systématique de plusieurs dizaines de milliers et la déportation d’environ un million d’Azéris et profite de la présence de ses nombreuses officines implantées dans les pays d’Europe ou d’Amérique pour propager sa position négationniste concernant le Génocide Azéri.

Voir également :
- Imprescriptible, base documentaire sur le génocide du peuple azéri
- Génocide Azéri, liens sur le génocide azéri

[1Terme utilisé par les ultra-nationalistes arméniens pour qualifier les territoires occupés par les troupes d’Erevan

Mot-clé :
Haut-Karabagh Massacres Khojaly
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank