facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

La Turquie, source de tensions entre la France et la Suède

Ecrit par TN-pige, 2009-07-06 08:00:00


Stéphane Kovacs, 01/07/2009

Alors que Stockholm prend la présidence tournante de l’UE pour six mois, la question de la candidature turque, soutenue par la Suède mais pas par Paris, reste sensible.

Stockholm est l’un des plus fervents défenseurs d’une entrée de la Turquie dans l’UE ; Paris, comme Berlin, prône un simple partenariat privilégié. Un « total désaccord » qui a même poussé Nicolas Sarkozy à reporter au 3 juillet sa visite en Suède, initialement prévue en juin. À l’Élysée, on n’a pas du tout apprécié les déclarations au Figaro, juste avant les élections européennes, du ministre des Affaires étrangères suédois, Carl Bildt, favorable à l’entrée de la Turquie. « On espérait que l’on aurait mieux que les Tchèques, et voilà que les Suédois lancent un pavé dans la mare, sans consultation !, s’énerve un conseiller de la présidence. Je ne pense pas que l’on puisse créer les conditions d’une présidence réussie sans l’appui de la France. »

Il y a quinze jours, le secrétaire d’État aux Affaires européennes Bruno Le Maire, aujourd’hui ministre de l’Agriculture, avait affirmé devant des députés qu’un « vrai conflit politique » pouvait survenir si la Suède continuait d’œuvrer en faveur de l’adhésion turque.

Du coup, soucieux d’éviter les polémiques, le premier ministre Fredrik Reinfeldt reste prudent : « J’aimerais voir l’ouverture d’un chapitre si possible, affirme-t-il, mais, en tant que président, il faut être honnête et trouver une solution qui soit acceptable pour tout le monde. » S’il s’avérait possible d’ouvrir ce nouveau chapitre, sa préférence irait à l’énergie : « Les questions d’énergie sont très liées à la Turquie, donc cela pourrait être intéressant », précise-t-il. Pays clé pour la diversification des approvisionnements énergétiques de l’UE, la Turquie menace de retirer son soutien au projet européen de gazoduc Nabucco si elle n’obtient pas d’avancée dans ses négociations d’adhésion. En attendant, l’UE et la Turquie ont ouvert hier le chapitre 16, sur la fiscalité. Cela porte à 11 sur 35 le nombre de chapitres ouverts depuis le début des négociations, en octobre 2005.

Source : Le Figaro

France intégration Suède Turquie Union Européenne
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank