EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Turquie : le Parlement renonce à renvoyer 4 (...)

Turquie : le Parlement renonce à renvoyer 4 ex-ministres devant la justice pour corruption


Ecrit par Engin, 2015-01-05 17:37:44


Turquie : le Parlement renonce à renvoyer 4 ex-ministres devant la justice pour corruption
Ankara - Une commission parlementaire turque a voté lundi contre le renvoi devant la justice de quatre anciens ministres soupçonnés de corruption dans un vaste scandale qui avait ébranlé le régime islamo-conservateur il y a un an, a annoncé son président à la télévision.

Sans surprise, les neuf des quatorze députés de cette commission membres du parti du président Recep Tayyip Erdogan, se sont prononcés contre la transmission à la Cour suprême du dossier des quatre anciens membres du gouvernement, a précisé Hakki Koylu à la chaîne d’information NTV.

Initialement prévu le 22 décembre, le vote de cette commission avait été reporté en raison de dissensions entre majorité et opposition, sur fond de spéculations sur les intentions du pouvoir à six mois des élections législatives de juin.

Erdogan Bayraktar (Environnement et Urbanisme), Zafer Çaglayan (Economie), Muammer Güler (Intérieur) et Egemen Bagis (Affaires européennes) sont accusés de corruption active, fraude et trafic d’influence.

Les trois premiers ont démissionné et le quatrième a été remercié à la faveur d’un remaniement ministériel d’urgence le 25 décembre 2013.

Tous sont soupçonnés d’avoir touché des pots-de-vin d’un homme d’affaire d’origine iranienne, Reza Zarrab, pour faciliter un trafic illicite d’or avec l’Iran sous embargo.

Ce vaste scandale à tiroirs a éclaboussé l’ensemble du gouvernement turc, y compris M. Erdogan, alors Premier ministre devenu président en août, et sa famille.

L’homme fort du pays, comme ses quatre ex-ministres, ont tous nié les accusations portées contre eux, qu’ils ont attribuées à un complot lancé par leurs anciens alliés de la confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen.

Le pouvoir a réagi en ordonnant des purges sans précédent dans la police et la justice où les partisans de M. Gülen, qui vit aux Etats-Unis depuis 1999, étaient particulièrement actifs, dénonçant un Etat parallèle.

Source : Romandie.Com

Mot-clé :
Binali Yıldırım Justice Kadir Topbas Mevlüt Çavusoglu Parti de la justice et du développement (AKP) Recep Tayyip Erdoğan [RTE]
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank