EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > France > Fanatisme arménien en France : Quand le (...)

Fanatisme arménien en France : Quand le collectif VAN panique


Ecrit par Turquie News, 2009-02-24 08:00:00


Le "Collectif VAN", filiale de la Fédération révolutionnaire arménienne - Dachnaktsoutioune (FRA), spécialisée dans les campagnes les plus agressives, a enfin réagi [1] à la plainte déposée contre l’Armenian National Committee of America (ANCA) et la FRA. Mais il l’a fait à sa manière.

1-/ En sélectionnant les faits. Le collectif VAN ne commente qu’un des deux motifs de plainte, et d’une manière partielle, pour ne pas dire partiale. Il argue qu’« il suffit souvent de s’enregistrer après coup » lorsqu’on a « omis » de s’enregistrer comme lobbyistes. Personne à la rédaction de Turquie News n’est spécialiste en droit fiscal étasunien, mais il peut paraître improbable que le fisc d’outre-Atlantique ne cherche pas à imposer un redressement douloureux à l’ANCA, au moins pour deux raisons. D’abord, l’ANCA s’est illégalement dispensée de payer des impôts depuis sa création, à la fin des années 1970, ce qui fait tout de même beaucoup ; ensuite, la crise économique et financière n’incite aucun fonctionnaire à l’indulgence dans ce genre d’affaires.

Le motif "oublié" par le collectif VAN, et qui se trouve pourtant évoqué dans la dépêche Associated Press qu’il a partiellement traduite en français, c’est l’infraction à la loi de 1938 sur les agents étrangers (Foreign Agents Registration Act). Attendu que l’ANCA est une branche de la FRA, ce dont certains de ses dirigeants ne se cachent même pas, et que la FRA est un parti politique arménien, participant au gouvernement arménien depuis 1999, les dirigeants de l’ANCA, mais aussi de la FRA étasunienne, doivent être considérés comme des agents étrangers. Or, ils ne se sont jamais fait enregistrer comme tels. Pour cela, ils risquent jusqu’à cinq ans de prison et 10 000 dollars d’amende. Mais le "Collectif VAN" s’abstient de le préciser.

Après la condamnation, en 2001, de M. Mourad Topalian, ancien président (1991-1999) de l’ANCA, actuellement chargé du financement politique, à trente-sept mois de prison ferme et trois ans de résidence surveillée pour détention illégale d’explosifs et d’armes à feu, en relation avec une entreprise terroriste, la possible condamnation de ses camarades pour fraude fiscale et infraction à la loi sur les agents étrangers ferait ressembler la fine fleur des dachnaks américains à un club de repris de justice.

2-/ En inventant des complots turcs et en insultant ceux qui le dérangent, lui et ses camarades dachnaks d’outre-Atlantique. Le "Collectif VAN" écrit ainsi : « les sites négationnistes turcs(sic) […] ayant eu la nouvelle immédiatement et en faisant leurs choux gras, on ne se demande même pas à qui profite le crime et d’où provient ce tuyau percé. »

Passons sur l’appellation « négationniste », qui n’est rattachée à aucune association précise, peut-être par peur d’une plainte pour diffamation (certains procédures en cours, en France et aux États-Unis, font peut-être hésiter)

Ne nous attardons qu’un instant sur l’appellation de « crime » : cette appellation sonne désagréablement aux oreilles honnêtes, puisqu’elle désigne une procédure légale, destinée justement à réprimer de graves infractions à la loi. Mais enfin, les dachnaks présentent volontiers leurs membres terroristes comme des héros [2], les historiens courageux comme des « négationnistes » ; pourquoi ne qualifieraient-ils pas les Américains honnêtes de « criminels » ?

Répondons précisément à l’accusation lancée, sans aucune preuve, d’un vaste complot turc, sur les deux rives de l’Atlantique évidemment, et pourquoi pas jusqu’à Honolulu. Les Citizens for Responsability and Ethic in Washington (CREW), qui ont déposé plainte, sont une organisation très sérieuse, dirigée par un ancien procureur, et qui a déjà à son actif des procédures contre des personnalités aussi importantes que l’ex-vice-président Richard « Dick » Cheney. Il n’est donc pas difficile d’imaginer que ce genre d’association dispose d’un réseau d’informateurs dense, qui n’a vraisemblablement pas besoin des associations turco-américaines. Ensuite, même en postulant, sans la moindre preuve ni le moindre indice, que la personne ayant transmis l’information aux CREW l’a fait pour des mobiles plus personnels que strictement éthiques, les candidats ne manquent pas, en dehors des Turco-Américains. Il y a les victimes non turques des terroristes dachnaks ayant sévi aux États-Unis. Il y a aussi les familles de jeunes empoisonnés par l’héroïne vendue outre-Atlantique par le trafiquant arméno-libanais Noubar Soufoyon, grand ami des dachnaks, qui finançait le terrorisme de la FRA en vendant sa drogue [3] : financement de la mort par la mort, en quelque sorte. Au demeurant, la lecture attentive de la plainte, et surtout de ses 160 pages d’annexes, montre que la plupart des sources primaires utilisées sont des documents publics produits par l’ANCA et ses dirigeants. Il suffit de savoir lire l’anglais pour les exploiter, et de résider aux États-Unis pour les obtenir sans difficultés.

Quant à la rapidité avec laquelle Turquie News a informé ses lecteurs, une rapidité qui a peut-être rendu jaloux le collectif VAN, un peu en perte de vitesse depuis 2007-2008, elle s’explique elle aussi sans aucun complot. Les rédacteurs de Turquie News ont des amis, dans divers pays, des amis qui s’informent de divers sujets. Et lorsqu’une information leur paraît particulièrement importante, elle est transmise dans les meilleurs délais.

[2Michael M. Gunter, « Pursuing the Just Cause of their People ». A Study of Contemporary Armenian Terrorism, Westport-New York-Londres, Greenwood Press, 1986, pp. 55 et sqq. ; voir aussi Gaïdz Minassian, Guerre et terrorisme arméniens, Paris, PUF, 2002, pp. 88-93 et passim ; ainsi que notre dossier « Cause arménienne » et terrorisme.

[3Michael M. Gunter, op. cit., pp. 75-76.

Mot-clé :
Terrorisme CVAN FRA Dachnaktsoutioun Lobbying arménien Question Arménienne Terrorisme arménien Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank