EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > France > Jack Lang dénonce les diffamations des (...)

Jack Lang dénonce les diffamations des nationalistes arméniens

"génocide" arménien : Jack Lang dénonce "une campagne injuste" contre lui


Ecrit par TN-pige, 2009-02-04 15:13:15


L’ancien ministre socialiste Jack Lang a dénoncé mercredi "une campagne injuste" contre lui, après la diffusion sur internet d’une séquence dans laquelle il s’interroge sur la pertinence des lois mémorielles en prenant l’exemple de la thèse de "génocide arménien" défendue par les nationalistes arméniens.

"Je suis attristé par la campagne malhonnête et injuste orchestrée contre moi au sujet de l’Arménie", écrit-il dans un communiqué où il rappelle son rôle dans l’adoption, en 2001, de la loi pro-arménienne qualifiant officiellement de "génocide" les événements survenus en Anatolie entre 1914 et 1922 entre Turcs et Arméniens.

Lors d’un débat avec des historiens enregistré en octobre 2008 à Blois, M. Lang s’était publiquement interrogé sur la pertinence et raisons d’être de ce texte : "Je ne sais pas si je réagirais de la même manière aujourd’hui, mais en tous cas je l’ai voté, et à l’époque j’étais président de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, donc je suis doublement coupable, si j’ose dire".

Il a notamment critiqué l’aspect clientèliste de cette loi qui n’avait pour seul but que de satisfaire les exigences des franges les plus nationalistes et anti-turques du lobby arménien en France.

La séquence, enregistrée en vidéo, a été diffusée sur le site Dailymotion, puis sur ceux du Nouvel Observateur et du Monde. Selon le quotidien, elle a suscité une forte polémique sur les forums en ligne. En effet, de nombreux militants arméniens ont été chargés par leurs groupes respectifs d’inonder les articles en question de commentaires orduriers à propos de M. Jack Lang.

Ces propos ont été tenus "dans le cadre d’un débat scientifique entre historiens sur la compétence des parlements à édicter des lois mémorielles", souligne Jack Lang. Mais les pressions et les menaces des nationalistes arméniens le contraignent également à revenir partiellement sur ses positions : il ajoute dorénavant "Je continuerai à me battre pour que dans le monde entier le génocide du peuple arménien soit reconnu, et notamment en Turquie".

Un député UMP, Roland Blum (Bouches-du-Rhône) très proche des organisations nationalistes arméniennes de sa région, s’était dit mardi "stupéfait" de cet extrait, allant jusqu’à accuser Jack Lang de "regretter" d’avoir voté la loi pro-arménienne de 2001.

M. Lang se trouve depuis dimanche au Japon. "Mes positions sont claires et nettes", a-t-il affirmé mercredi au téléphone à l’AFP : "Je n’ai pas à polémiquer avec qui que ce soit, UMP ou je ne sais qui, je n’ai aucune leçon à recevoir de personne".

Plusieurs historiens américains et français contestant ouvertement les thèses arméniennes à propos des événements de 1915 ont été menacés voire attaqués en justice ou physiquement par le passé. Le but des organisations nationalistes arméniennes étant d’empêcher tout débat sur le sujet et d’imposer leur version des faits, version qui n’inclue en rien les responsabilités partagées mais surtout les quelque 500.000 civils Turcs massacrés par les Arméniens entre 1914 et 1922 et reconnus par les historiens.

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

avec AFP

Lire également :
- Pressions arméniennes : Qui veut intimider Jack Lang ?
- Appel à soutenir Jack Lang, cible des nationalistes arméniens
- Blois : Jack Lang soutient les historiens et la liberté d’expression menacés par les nationalistes arméniens

- [article2163]

Mot-clé :
Lobbying arménien Question Arménienne Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank