EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > "Question arménienne : aller de l’avant", par (...)

"Question arménienne : aller de l’avant", par Bruce Fein


Ecrit par TN-pige, 2009-02-03 12:44:52


Turquie News - www.turquie-news.fr - Bruce Fein [1] signe dans le Journal of Turkish Weekly, un article qui épingle les agissements des organisations nationalistes arméniennes et le lobby qui en découle. Commencerait-on enfin à parler ouvertement de la turcophobie et de la mémoire sélective arménienne.

Condamnerait-on enfin les méthodes sournoises employées par ces officines anti-turques outre-Atlantique ?
Mais surtout, à quand le tour de la France d’avoir un débat ouvert sur le sujet ?

Légende photo : Bruce Fein
The Journal of Turkish Weekly

Lors de l’audience de confirmation au Sénat de la nouvelle Secrétaire d’État Hillary Clinton, le sénateur Robert Menendez (D. N.J.) a insisté auprès de l’Administration Obama pour que les événements tragiques survenus pendant la Première Guerre mondiale soient caractérisés en tant que "génocide" arménien "reconnu mondialement". Ce verdict officiel a été déclaré nécessaire pour "aller de l’avant." La Secrétaire d’État a répliqué sur la caractérisation de la question, mais était d’accord avec l’idée d’aller au-delà du statut quo controversé.

Aller de l’avant, cependant, nécessite la reconnaissance de faits, et non de fiction : que le “génocide” arménien est contesté par des chercheurs et des historiens de bonne réputation ; que les hommes politiques sont mal équipés pour émettre des verdicts sur un "génocide" alors que le sujet est bien au-delà de leurs connaissances ; que les musulmans ottomans aux mains des Arméniens belligérants armés ont aussi horriblement souffert pendant la Première Guerre mondiale ; et, que la sympathie exprimée envers la souffrance des Arméniens tout en ignorant la souffrance de ceux qui ont été massacrés et terrorisés par les Arméniens, refléterait l’intolérance chrétienne d’antan.

Le "génocide" arménien est vivement contesté dans l’univers des chercheurs sérieux sur le Moyen Orient spécialisés dans l’Empire ottoman, les circonstances de la Première Guerre mondiale, et autres. Une liste non exhaustive de personnes qui doutent inclurait : le célèbre spécialiste du Moyen Orient, Bernard Lewis de l’Université Princeton, feu Stanford Shaw de l’U.C.L.A., Guenter Lewy de l’Université Massachusetts, Justin McCarthy de l’Université Louisville, Norman Itzkowitz de l’Université Princeton, Brian G. Williams de l’Université Massachusetts, David Fromkin de l’Université Boston, Avigdor Levy de l’Université Brandeis, Michael M. Gunter de Tennessee Tech, Pierre Oberling du Hunter College, feu Roderic Davison Université George Washington, Michael Radu du Foreign Policy Research Institute, et l’historien militaire Edward J. Erickson. En dehors des États-Unis, bien d’autres chercheurs ont approuvé une analyse qui est contre un génocide dans l’histoire des Arméniens ottomans, parmi eux Gilles Veinstein du Collège de France, Stefano Trinchese de l’Université Chieti, Augusto Sinagra de l’Université Romae-Sapienza, Norman Stone de l’Université Bilkent, et l’historien Andrew Mango Université London. En plus de ces divers chercheurs, les Nations Unies, la Grande-Bretagne et la Suède ont refusé d’approuvé le label "génocide."

Les hommes politiques, y compris les membres du Congrès ou le Président, ne sont pas les personnes qui conviennent pour décider de cette question axée sur des événements qui ont eu lieu il y a presque un siècle et qui divisent âprement les experts. Ils n’ont ni le temps ni l’inclination pour entreprendre des travaux intellectuels à la mesure de l’importance d’une accusation de "génocide". Et ils ne sont pas assis là, comme les membres d’un jury à écouter les deux parties présenter leur cas respectif. Le sénateur Menendez illustre bien pourquoi les hommes politiques devraient se retenir de prendre des décisions sur des points historiques controversés. Il émet un jugement sans examiner toutes les preuves crédibles et les analyses.

Aller de l’avant sur la question du "génocide" exige de placer la décision au niveau d’une commission internationale d’experts impartiaux qui ont accès à toutes les archives appropriées. Les archives les plus importantes toujours inaccessibles sont celles des organisations arméniennes. Le Premier ministre turc est d’accord avec la solution d’une commission internationale sur la question du "génocide" arménien.

Aller de l’avant exige que les deux parties turque et arménienne se fassent des excuses réciproques pour la dévastation mutuelle subie par chacune d’elle. Ce qui est habituellement ignoré, ce sont les morts atroces des musulmans ottomans pendant la Première Guerre mondiale, morts dues aux nombreuses révoltes sanglantes des Arméniens ; les raids et les massacres commis par les extrémistes révolutionnaires arméniens ; les défections traîtres de centaines de milliers (d’Arméniens) passés aux armées russes et françaises qui envahissaient le pays ; et, les dures conditions de guerre qui ont occasionné la famine, les maladies, les épidémies, et les morts dues à un manque important de personnel médical et de médicaments. Selon certains rapports de chercheurs, près de 524 000 musulmans ottomans ont péri à cause des actions des révolutionnaires arméniens pendant la guerre.

Les Arméniens n’ont jamais reconnu une culpabilité quelconque pour les atrocités commises par eux-mêmes pendant la Première Guerre mondiale. Au lieu de cela, ils glorifient, jusqu’à ce jour, ces Arméniens qui ont assassiné une multitude de diplomates turcs entre les années 1970 et 1980.

"Le Marchand de Venise" de William Shakespeare décrit la hiérarchie intolérante des souffrances humaines, qui serait reflétée par l’expression de l’outrage moral en ce qui concerne les souffrances et les morts des Arméniens et qui resterait muette sur les souffrances et les morts des musulmans ottomans ou des Turcs. Pour paraphraser un passage immortalisé : "Un Turc n’a-t-il pas des yeux ? Un Turc n’a-t-il pas des mains, des organes, des dimensions, des sens, de l’affection, de la passion ? Nourri avec la même nourriture, blessé avec les mêmes armes, soigné de la même façon, dans la chaleur et le froid du même hiver du même été que les Chrétiens ? Si vous piquez un Turc, ne saigne-t-il pas ? Si vous chatouillez un Turc, ne rie-t-il pas ? Si vous empoisonnez un Turc, ne meurt-il pas ?“

En résumé pour honorer sa promesse d’aller de l’avant sur la question du "génocide" arménien, la Secrétaire Clinton devrait promouvoir l’idée de l’établissement d’une commission internationale et celle d’excuses réciproques. C’est également la meilleure formule pour la réconciliation turco-arménienne.

Bruce Fein
Washington DC

Traduction Turquie News

Bruce Fein is a lawyer in the United States who specializes in constitutional and international law. Under President Ronald Reagan, Fein served as an associate deputy attorney general from 1981 to 1982 and as general counsel to the Federal Communications Commission. He graduated from Harvard Law School in 1972.

In March 2007, he founded the American Freedom Agenda with Bob Barr, David Keene and Richard Viguerie. Notable published writings by Fein include articles advocating the impeachment of former U.S. president Bill Clinton and current U.S. vice-president Dick Cheney and president George W Bush.

Fein is of counsel to Ron Paul’s campaign for the 2008 Presidential nomination.

[1Bruce Fein is a lawyer in the United States who specializes in constitutional and international law. Under President Ronald Reagan, Fein served as an associate deputy attorney general from 1981 to 1982 and as general counsel to the Federal Communications Commission. He graduated from Harvard Law School in 1972.

In March 2007, he founded the American Freedom Agenda with Bob Barr, David Keene and Richard Viguerie. Notable published writings by Fein include articles advocating the impeachment of former U.S. president Bill Clinton and current U.S. vice-president Dick Cheney and president George W Bush.

Fein is of counsel to Ron Paul’s campaign for the 2008 Presidential nomination.

Mot-clé :
Question Arménienne Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank