EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Justin McCarthy : « Si les arméniens veulent (...)

Justin McCarthy : « Si les arméniens veulent annexer le Nagorno Karabakh à l’Arménie, ils doivent rendre les territoires historiques du peuple Azéri »


Ecrit par , 2008-06-30 09:49:49


Selon l’illustre historien américain qui s’exprimait devant la presse : « la propagande d’extension des arméniens sur le prétendu génocide est étroitement liée à la politique ». « Ils veulent gagner dans l’arène politique, c’est pourquoi ils essayent de se servir de l’histoire » a déclaré l’éminent Professeur de l’Université de Louisville.

Pour Justin McCarthy « de plus, les Arméniens bénéficient d’un puissant lobby dans la diaspora et ce facteur joue son rôle. Malheureusement, il est très difficile de changer cette situation » qui a conclu « Si les Arméniens considèrent que le Nagorno Karabakh doit être annexé à l’Arménie, ils doivent tenir compte qu’une grande partie de l’Arménie est historiquement le territoire du peuple Azéri et que ces terres doivent être rendus aux Azerbaïdjanais ».

Justin McCarthy est de ces nombreux historiens, véritable bêtes noires des ultra-nationalistes arméniens qu’ils n’hésitent pas à discréditer ou à menacer en usant de leurs vastes réseaux de propagande. Le même sort est réservé à tout chercheur ou historien qui oserait remettre en cause leur dogme, en France l’imminent historien Gilles Veinstein en a fait les frais, agressé physiquement par des militants arméniens.

Justin McCarthy est spécialiste de l’Empire Ottoman et des guerres éthniques survenues en Anatolie et dans les Balkans et ses travaux démentent point par point les positions révisionnistes défendues par le lobby arménien.
Il est régulièrement la cible de campagnes de diffamation et de calomnies lancées par les organisations nationalistes arméniennes, et tout particulièrement en France où il est qualifié de "négationniste" pour le simple fait qu’il réfute, pourtant preuves à l’appui, les thèses révisionnistes et partielles défendues par les ultra-nationalistes arméniens sur les événements de 1914-1922.


Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

Haut-Karabagh

Le Haut-Karabagh est une région d’Azerbaïdjan envahie par l’armée arménienne au début des années 1990. L’agression arménienne s’est soldée par le massacre et la déportation de la totalité de la population azérie de la région et dans le cadre de la politique de purification éthnique planifiée et mise en oeuvre par l’Etat arménien.

Aujourd’hui, plus d’un million de réfugiés azérbaïdjanais vivent dans des conditions déplorables en attendant de pouvoir éventuellement récuperer leur biens spoliés par l’Etat arménien.

Les terres et maison laissées à l’abandon (quand elles n’ont pas été détruites par les pillonages des troupes arméniennes soutenues par des militaires russes) ont été "offertes" par l’Etat arménien aux colons installés pour "repeupler les territoires liberés"(sic) [1]

A plusieurs reprise, les instances internationales ont condamné ce véritable génocide du peuple azéri et enjoit l’Arménie de libérer les territoires qu’elle occupe illégalement. Le statut-quo étant à son avantage, l’Arménie ne montre aucune preuve de bonne volonté quant au sort du million de réfugiés azéris chassés de leurs terres et nie le Génocide Azéri.

Massacres des Azéris par l’armée arménienne

L’Arménie nie la mise à mort systématique de plusieurs dizaines de milliers et la déportation d’environ un million d’Azéris et profite de la présence de ses nombreuses officines implantées dans les pays d’Europe ou d’Amérique pour propager sa position négationniste concernant le Génocide Azéri.

Voir également :
- Imprescriptible, base documentaire sur le génocide du peuple azéri
- Génocide Azéri, liens sur le génocide azéri

[1Terme utilisé par les ultra-nationalistes arméniens pour qualifier les territoires occupés par les troupes d’Erevan

Mot-clé :
Haut-Karabagh Lobbying arménien Massacres Khojaly Question Arménienne Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank