facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

Stop à Philippe BOHELAY, Halte au détestable racisme anti-turc à Clermont-Ferrand !

Ecrit par Engin, 2014-03-03 08:00:00


A chaque élection, la population d’origine turque de Clermont-Ferrand devient l’objet de toutes les convoitises politiques. En effet, forte de 6000 âmes dont 5000 originaires de la province turque de Sivas, ses votes peuvent devenir déterminants pour faire basculer une élection.
C’est ainsi qu’en 2008, madame Havva ISIK est courtisée de toutes parts.

« Ce sont eux qui sont venus me chercher en 2008 car ils voulaient les suffrages de la population franco-turque de Clermont-Ferrand. Sans que je ne demande rien, ils m’ont proposé une bonne position sur la liste électorale. J’ai accepté et notre équipe a été victorieuse » explique cette élue clermontoise à qui est confié le mandat d’adjointe au maire en charge de la réussite éducative et de l’accueil et intégration des étrangers.

Pourtant, Havva ISIK constate progressivement qu’elle a été choisie « uniquement pour ses origines et non ses compétences et que la volonté du maire est de la voir comme une figurante, un faire-valoir ». Ainsi, se retrouve-t-elle petit à petit, « isolée, démunie de moyens pour mettre en œuvre ses actions » dans le cadre de son mandat.

Mais, c’est en 2010 que Havva ISIK tombe de Charybde en Scylla lorsque son collègue adjoint à la vie associative, Philippe BOHELAY envoie une missive haineuse à l’ensemble des élus, hormis à la « la Turque », Havva ISIK. Nous reproduisons le courrier venimeux anti-turc de cet élu ci-dessous. Le tampon montre que la lettre été réceptionnée par la mairie, le lendemain, le 6 mai 2010.

Précisons que la mairie de Clermont avait signé, quelques jours plus tôt, un traité d’amitié avec la commune de Sivas en Turquie à l’issue de visites réciproques et conseils pris auprès de l’Ambassade de France à Ankara. Le fielleux bien-pensant Philippe BOHELAY est aussitôt interpellé par des militants d’organisations arméniennes proches du parti national-socialiste viscéralement anti-turc et haineux, la Fédération révolutionnaire arménienne Dachnaktsoutioun, ou Dachnak.

Ainsi, Philippe BOHELAY écrit au maire Serge GODARD pour dénoncer le protocole d’amitié franco-tuc signé le lundi 3 mai 2010 à 11h30 par l’édile. Son message comblé par la haine s’en prend au parti conservateur BBP (Büyük Birlik Partisi). Dans son élan de délire paranoïaque, l’adjoint effréné accuse ce groupe de « viser à infiltrer » la municipalité de Clermont et d’être « profondément fasciste » et « favorable aux thèses nazies » ! Rien que cela.

Le délire et la lâcheté de cet élu turcophobe Philippe BOHELAY ne s’arrêtent pas là puisque selon madame Havva ISIK, il l’insulte et la menace : « Philippe Bohelay m’a appelée et m’a harcelée ». Elle est humiliée et traitée de « antisémite, fasciste et raciste » (sic).
Par ses insultes ignobles, Philippe Bohelay démontre toute la pertinence de l’expression : "c’est l’hôpital qui se moque de la charité".

Curieusement, le maire et son équipe se murent dans le silence malgré son courrier du 17 mai 2010 dont une copie est reproduite ci-dessous.

Madame Havva ISIK raconte : « J’ai été laissée seule, sans moyens, j’ai été attaquée, insultée, humiliée, sans jamais être défendue. J’étais considérée comme la représentante d’une minorité turque que l’on ne veut pas entendre parler. Tous les Franco-Turcs sont des citoyens de la France et nous n’aspirons qu’à être traités comme n’importe quel autre citoyen français ».

Concernant le BBP, elle explique : « La ville de Clermont-Ferrand est jumelée avec 11 communes dont Anshan en Chine. Est-ce que la Chine respecte les droits de l’homme ? En outre, un jumelage se construit avec une ville et non un parti politique. Ce qui est clair, c’est qu’au PS de Clermont-Ferrand, on ne veut pas des Turcs. J’ai été utilisée uniquement pour récolter les votes des électeurs d’origine turque. J’ai été bien naïve. ».
En effet, les jumelages de Clermont-Ferrand avec Bizerte du temps de Ben Ali, et avec une ville du Gabon en disent bien longs.

Havva ISIK précise également les motivations de sa démission : « J’ai démissionné car les représentants du PS clermontois ne respectent ni la dignité humaine, ni la parité et encore moins la diversité. J’ai écrit au Président de la République pour éviter qu’une autre personne ne vive la même chose que moi. ».

La semaine dernière, mercredi 26 février 2014, l’association culturelle turque d’Auvergne a organisé une rencontre avec les candidats qui briguent la mairie de Clermont-Ferrand aux municipales des 23 et 30 mars 2014. Tous les candidats étaient présents hormis la tête de liste du PS, Olivier BIANCHI. C’est sur sa liste que l’acrimonieux anti-turc, Philippe Bohelay figure pour les élections de mars prochain.

Dès lors, tous les électeurs turcophiles et les combattants du racisme et de la xénophobie de Clermont-Ferrand se feront un plaisir de faire perdre cette liste où figure le « détestable » Philippe BOHELAY.

Si toutefois, le candidat PS, Olivier BIANCHI décidait d’exclure cet individu répugnant de sa liste, naturellement, il en serait tout autre.

Stop au racisme, vive la République française.

Engin AKGÜRBÜZ

Document

Courrier du Maire
Courrier de Mr Philippe Bohelay
élections France justice racisme / antisémitisme / xénophobie république société
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank