EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Turquie : ne dites plus Eurovision, mais (...)

Turquie : ne dites plus Eurovision, mais Türkvizyon


Ecrit par Ufuk, 2013-10-08 09:31:20


La Turquie, qui conteste le système de vote mis en place par l’Eurovision, a choisi de créer son propre concours de chansons, réservé aux pays et régions turcophones. La Bosnie-Herzégovine, qui ne s’était pas rendue au dernier concours de l’Eurovision, a déjà manifesté son intérêt...

« Dès lors qu’il relève de chaque établissement membre de l’UER de choisir de participer oui ou non, au concours de l’Eurovision, la TRT a décidé de ne pas participer à la 58e édition du concours de l’Eurovision qui se déroulera en 2013 en Suède ». Le 14 décembre 2012, le communiqué de la Télévision publique turque fait trembler le petit monde de l’Eurovision. Depuis, les organisateurs attendaient avec anxiété de savoir ce qu’allait décider Ankara pour 2014.

Après avoir prévenu que son pays ne prendrait « vraisemblablement pas » part au concours organisé au Danemark, le président de la TRT, a finalement pris tout le monde de cours en annonçant que la Turquie allait organiser son propre concours international de la chanson, la Türkvizyon. La première édition aura lieu du 19 au 23 décembre prochain à Eskişehir, capitale culturelle du monde turc 2013.

Ankara avait mis les petits plats dans les grands pour lancer sa Türkvizyon : une grande cérémonie qui réunissait notamment les vainqueurs de l’Eurovision 2011, le duo azerbaïdjanais Nigar Jamal et Farid Mamadov, et le ministre turc de l’Éducation. « Il ne faut pas comparer la Türkvizyon à l’Eurovision. Que nous participions ou non à l’Eurovision, j’espère que la Türkvizyon tracera sa propre route, progressant et s’agrandissant année après année », a expliqué, enthousiaste, Nabi Avcı.

Une copie quasi-conforme de l’Eurovision

Il aura fallu attendre une dizaine de jours avant de savoir quelle serait précisément la forme du concours. Les détails ont été dévoilés par Düsen Kaseinov, le secrétaire général de l’Association internationale de la Culture turque (Türksoy). Le concept de la Türkvizyon ressemble étrangement à celui de l’Eurovision : des chanteurs s’affrontant pour défendre les couleurs de leur nation avec une touche de suspense et une bonne dose de kitsch. Sauf que là, les artistes seront exclusivement originaires de territoires turcophones.

Le concours durera trois jours, avec trois tours de chant exécutés sur de la musique pop, le premier en turc, le second dans la langue des participants et le troisième dans une langue au choix. C’est l’Association turque de Musique et Télévision qui est en charge de l’organisation. Objectif : transmettre le patrimoine musical et culturel turc aux futures générations. « Nous espérons que les jeunes des pays turcophones se montreront très intéressés par cette compétition », a glissé Düsen Kaseinov en guise de conclusion.

Cette compétition s’inspire du Festival international de la chanson turque Türkçevizyon co-organisé par la TRT et la ville de Denizli. La 4e édition, qui a eu lieu du 11 au 14 septembre 2013, a réuni des artistes de 21 pays des Balkans et de l’Asie Centrale. Pour la première fois, le grand gala folklorique a été diffusé sur les chaînes publiques des nations engagées. « Les belles chansons turques sont diffusées partout dans le monde grâce à Türkçevizyon », s’est félicité le directeur de la TRT, Ibrahim Şahin.

Vingt pays ou républiques autonomes comptant une minorité turque participeront au concours à Eskişehir, qui malgré les dénégations de la Turquie comme de l’UER, s’apparente à un concurrent de l’Eurovision. La Crimée (Ukraine), le Tatarstan (Russie) ou le Nord de Chypre ont fait part de leur intérêt, ainsi que la Bosnie-Herzégovine, qui a même annoncé son retrait de l’Eurovision. La télévision bosnienne a justifié son choix de la Türkvizyon en expliquant que les frais de participation à l’Eurovision étaient trop élevés. En 2013, la Bosnie avait déjà renoncé à aller en Suède faute d’argent. Quant à l’Azerbaïdjan, il a déjà informé qu’il serait représenté par Tunzala Agayeva.

Lire la suite sur Le Courrier des Balkans

Mot-clé :
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank