EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > France > Villeurbanne : Bret fait la chasse aux Turcs (...)

Villeurbanne : Bret fait la chasse aux Turcs de France


Ecrit par Turquie News, 2008-01-30 11:21:11


(Photo : Des nationalistes arméniens brûlent le drapeau turc à Marseille)

La semaine dernière, le maire de Villeurbanne Jean-Paul Bret livrait une candidate Française d’origine turque à l’inquisition du lobby arménien.

L’affaire démarrait après qu’un employé arménien de la mairie de Villeurbanne ait saisi Jean-Paul Bret car une Française d’origine turque était sur les listes électorales.

M. Bret allait alors exiger de la candidate qu’elle embrasse la position officielle de la France quant au contentieux historique turco-arménien.

Cette dernière, d’origine turque, choquée par les pressions dont elle fut l’objet, a mis du temps à réagir. Puis s’est executée en "reconnaissant" le "génocide arménien".

Jean-Paul Bret, député très proche des milieux nationalistes arméniens de sa région, et qui s’était battu avec zèle pour inscrire dans l’histoire officielle française la version arménienne des événements, a continué de plus belle en demandant alors à la candidate de refaire sa déclaration, telle une bête de foire, devant les dirigeants du lobby arménien de Villeurbanne.
Elle s’est executée également.

Mais ce là ne suffisait toujours pas à M. Bret qui a continué d’exiger qu’elle mette celà sur papier et qu’elle signe...

Et tout au long de l’affaire, la candidate recevait par téléphone des insultes et des menaces notamment contre ses enfants.

Au final, la peur et les menaces aura eu raison de sa candidature. Réduite à ses origine et choquée par les discriminations dont elle fut victime, elle a préféré se retirer des listes.

Une nouvelle victoire de la turcophobie en France ! Les Français d’origine turque se trouvent forcés de raser les murs s’ils ne veulent pas être livrés à l’inquisition arménienne. L’affaire devrait de toutes façons en rester là, puisque l’intéressée a retiré sa candidature et que les pratiques discriminatoires d’un élu de la République ne semblent avoir que peu ému l’opinion publique...

Nous voilà de retour dans les années 1980 où les Turcs de France se devaient de se faire discret, craignant à l’époque le terrorisme arménien de l’ASALA.

Mais aujourd’hui, dans la France des "droits de l’homme" et des "libertés" que craignent-ils ?


Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

Mot-clé :
Lobbying arménien Question Arménienne Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank