EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Un berger turc abattu par les soldats arméniens à

Un berger turc abattu par les soldats arméniens à la frontière Arménie / Turquie


Ecrit par Hakan, 2013-08-02 23:34:08


Un berger turc a été abattu tôt jeudi par des militaires arméniens alors qu’il tentait de récupérer une de ses bêtes passée en territoire arménien, a rapporté jeudi l’agence de presse Dogan, citant des responsables locaux.

Selon l’AFP, Mustafa Ülker, un berger du village d’Akyaka (province de Kars, nord-est), près de la frontière arménienne, a franchi la ligne de démarcation dans la nuit pour récupérer un de ses animaux.

"Mais à ce moment là, il y a eu un usage disproportionné de la force. Il a été abattu par les autorités arméniennes et il est mort un peu plus tard", a affirmé le gouverneur de Kars, Eyüp Tepe, dans un communiqué cité par Dogan.

Une délégation de fonctionnaires turcs s’est rendue dans la matinée en Arménie pour tenter de récupérer le corps du berger, a indiqué le gouverneur.

La Turquie a fermé sa frontière avec l’Arménie en 1993, en solidarité avec son voisin et allié azerbaïdjanais, après la prise de contrôle par l’Arménie du Nagorny-Karabakh, une enclave peuplée d’Arméniens en territoire azerbaïdjanais.

L’Arménie et la Turquie ont conclu en octobre 2009 un accord historique pour établir des relations diplomatiques et rouvrir leur frontière commune, après des décennies d’hostilités ayant pour origine les massacres d’Arméniens en 1915 à la fin de l’empire ottoman, qu’Erevan qualifie de "génocide".

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

Haut-Karabagh

Le Haut-Karabagh est une région d’Azerbaïdjan occupée par l’armée arménienne depuis le début des années 1990. L’invasion arménienne s’est soldée par de violents massacres de civils azérbaïdjanais. Par la suite, l’Arménie a appliqué une politique de purification ethnique en déportant la totalité des survivants azérbaïdjanais de leurs terres.

Aujourd’hui, plus d’un million de réfugiés azerbaïdjanais vivent dans des
conditions précaires en attendant de pouvoir éventuellement récupérer leur
biens spoliés par l’Etat arménien.

Les terres et maison abandonnées sont "offertes" par l’Etat arménien aux colons (des volontaires ou bien d’anciens prisonniers) installés pour peupler artificiellement les territoires occupés.

Un nombre croissant de pays, d’Etats, de collectivités ou d’instances internationales condamnent les massacres, reconnaissent leur caractère génocidaire ou les qualifient de crime contre l’humanité. De plus en plus de voix demandant à l’Arménie de faire son travail de mémoire et de libérer les territoires qu’elle occupe illégalement (comme stipulé par plusieurs condamnations de l’ONU).

Les organisations nationalistes arméniennes nient les massacres et la déportation du million d’Azerbaïdjanais et se servent de leurs officines en Europe ou en Amérique pour faire pression sur les instances politiques afin de bloquer la résolution du conflit. Certaines campagnes arméniennes, notamment en France ou aux Etats-Unis, vont jusqu’à inverser les rôles et présenter les Azerbaïdjanais comme les agresseurs.

A l’origine peuplé de 150 000 habitants, entre Arménie et Azerbaïdjan, le Haut-Karabakh ne comprend aujourd’hui plus que des colons arméniens. 30.000 Azerbaïdjanais ont été massacrés, deux millions d’entre eux ont été déportés du HK et des sept régions d’Azerbaïdjan attenantes, prises par les troupes arméniennes lors de l’invasion.

Voir également :
- Imprescriptible, base documentaire sur le Génocide des Azérbaïdjanais
- Nettoyage ethnique, liens sur les purifications ethniques contre le peuple Azerbaïdjanais (1991-1994 et 1918-1920) par les Arméniens

avec l’AFP

Mot-clé :
Justice Massacres Khojaly Question Arménienne
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank