EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Matthew Bryza : "L’Arménie doit reconnaître les (...)

Matthew Bryza : "L’Arménie doit reconnaître les frontières de la Turquie"


Ecrit par , 2008-01-23 11:35:43


« Chaque année le 24 avril le Président américain s’adresse à la nation arménienne pour exprimer ses condoléances à propos des meurtres de massacres d’arméniens dans l’Empire Ottoman en 1915. Nous n’avons jamais nié ce fait » a déclaré le sous-secrétaire d’Etat américain chargé des affaires européennes et eurasiatiques Matthew Bryza lors d’une conférence intitulée « Mer Noire : Perspectives pour une sécurité internationale et régionale ».

« Il y a des problèmes avec l’utilisation de certains termes par de hauts fonctionnaires. Quant à la résolution H.106, je reste convaincu que ces questions historiques ne sont pas de la prérogative des députés » a dit le diplomate, faisant référence aux événements de 1914-1922.

« Les tentatives américaines de trouver des intérêts communs entre la Russie et la Turquie et tous les autres états du bassin de la Mer Noire incluent le Sud Caucase. Une des tâches les plus importantes est l’établissement de relations diplomatiques entre l’Arménie et la Turquie et l’ouverture de la frontière. Cela peut être une ouverture partielle, un encouragement de liens économiques et des projets communs économiques » a-t-il dit.

« Les USA appellent la Turquie à normaliser ses relations avec l’Arménie (...) mais elle [l’Arménie] doit aussi reconnaître les frontières de la Turquie moderne », a-t-il ajouté.

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

Mot-clé :
Diplomatie Question Arménienne
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank