EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Turquie : Erdogan attendu avec impatience par (...)

Turquie : Erdogan attendu avec impatience par les manifestants / #occupygezi


Ecrit par , 2013-06-06 14:11:45


Au septième jour du mouvement qui a fait trois morts (deux manifestants et un policier), le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, est attendu avec impatience jeudi soir en Turquie par les manifestants qui exigent sa démission.

De retour d’une visite controversée de trois jours au Maghreb en pleine crise, le chef du gouvernement rentre, au lendemain d’une 6ème journée de mobilisation marquée par de nouveaux affrontements entre la police et les contestataires à Ankara et l’entrée des organisations syndicales dans la danse.

Depuis le début vendredi de la fronde sans précédent qui le vise, M. Erdogan a affiché, à l’inverse du président Abdullah Gül et du numéro 2 de son gouvernement Bülent Arinç, une fermeté sans faille face aux "extrémistes" qui lui reprochent sa dérive autoritaire et l’accusent de vouloir islamiser la société turque.

En visite lundi à Rabat, le Premier ministre avait défié les manifestants. "A mon retour de cette visite, les problèmes seront réglés", avait-il lancé, provocateur.

Mais mercredi encore, des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues des grandes villes du pays à l’appel de deux syndicats majeurs de gauche pour demander la démission de M. Erdogan.

A Ankara, la police a à nouveau dispersé des groupes de manifestants à coup de grenades lacrymogènes et de canons à eau.

A Adana (sud), un policier turc a succombé à ses blessures après une chute dans un chantier alors qu’il pourchassait des manifestants.

Il s’agit du troisième mort lié aux manifestations qui ont débuté le 31 mai à Taksim (Istanbul), les deux premières victimes étaient des manifestants.

Des incidents ont également été signalés mercredi à Rize, une localité des bords de la mer Noire (nord-est), entre des manifestants et des partisans fidèles du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002. Les défenseurs de M. Erdogan sont jusque-là restés discrets mais le Premier ministre sa déclaré à plusieurs reprises du soutien d’une large partie de la population et a donné rendez-vous à ses adversaires aux élections locales de 2014 pour exprimer leurs doléances.

Pour éviter une confrontation, le vice-Premier ministre Huseyin Celik a appelé les partisans de l’AKP à ne pas accueillir M. Erdogan à l’aéroport jeudi soir. "Le Premier ministre n’a pas besoin de faire étalage de sa puissance", a dit M. Celik.

Mot-clé :
#OccupyGezi
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank