facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

Délinquance sexuelle : Révélations sur la vie cachée de Vahakn Dadrian

Ecrit par Kerem, 2013-05-02 12:02:42


TURQUIE NEWS - www.turquie-news.com - Nous vous proposons la traduction complète de l’article sur le passé de délinquant sexuel de Vahakn Dadrian, un des principaux architectes des thèses arméniennes de "génocide", "directeur des recherches au Zoryan Institute, la plus prolifique des officines arméniennes, basée au Massachusetts, États-Unis). A noter que le Zoryan Institute finance également les "travaux" de Taner Akçam (...)


Le harcèlement sexuel au sein des établissements d’enseignement constitue un phénomène récurrent et un problème grave auquel nombre de pays et notamment les États-Unis sont confrontés. Le dernier scandale en date fut celui du cas Jerry Sandusky. Il a eu l’effet d’un raz-de-marée dans la société américaine et vint démontrer que l’omerta qui règne au sein des universités autour des rapports faisant état d’abus sexuels avait pour conséquence de permettre aux auteurs de poursuivre leurs activités criminelles pendant de nombreuses années. Loi du silence essentiellement dictée par l’impératif de préserver la réputation de l’établissement.

Cependant, ce cas ne fait pas figure d’exception et n’est que l’arbre qui cache la forêt. Cette situation a permis aux prédateurs sexuels d’opérer en toute impunité au sein du milieu universitaire des dizaines d’années durant. Un autre exemple est celui du directeur de recherche sur le génocide arménien à l’Institut Zoryan (un groupe de réflexion arménien), Vahakn Norayr Dadrian qui jouit d’un long passé de délinquant sexuel. 

Nous allons tenter de faire la lumière sur le passé quelque peu obscure du Dr. Dadrian. En outre, une étude approfondie de la biographie du personnage a révélé d’étranges contradictions avec les différentes informations qu’il a pu publier concernant notamment ses premières années. Nous avons également effectué une étude conjointe à ce sujet. 

SON CURSUS

Les premières années du Dr. Dadrian sont empreintes d’une certaine opacité. Il est né à Istanbul et, après avoir terminé ses études secondaires, se rendit en Europe pour suivre des études en Licence. Toutefois, les informations au sujet de son cursus européen semblent contradictoires et ont tendance à constamment évoluer. 

Alors que le curriculum vitae du Dr. Dadrian daté de 1963, signé par ce dernier et joint vraisemblablement à un courrier de candidature, indiquait qu’il avait suivit des études de philosophie à Berlin, de psychologie sociale à Vienne et de sciences politiques à Zurich [1], celui de 1968, lui, mentionnait des études de Licence dans les universités de Berlin, de Vienne et de Zurich dans le domaines des mathématiques, de la philosophie et des sciences politiques [2]
A la fin des années 1980, Dr. Dadrian débuta ses travaux d’écritures sur le génocide et le droit international. Son curriculum vitae connut parallèlement certaines modifications. Cette fois, il y prétendit avoir suivi ses études de Licence en Europe dans les domaines de la philosophie, des mathématiques et du droit international dans les universités respectives de Vienne, Berlin et Zurich [3]
Enfin, selon le dernier curriculum vitae connu du Dr. Dadrian, il aurait effectué ses études à l’université de Berlin (mathématiques), l’université de Vienne (Histoire) et l’université de Zurich (droit international) [4]

Le chapitre dédié au Dr. Dadrian dans le livre de Huberta Von Voss “Portraits of Hope : Armenians in the Contemporay World” fait mention d’un Dadrian “se rendant à Berlin à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour étudier les mathématiques”. Plus loin, il est écrit “plusieurs années d’études s’ensuivirent à Vienne au séminaire d’histoire. Puis il se rendit à Zurich pour étudier le droit international [5]”. Dr. Dadrian a lui-même déclaré au cours d’un entretien qu’il avait étudié les mathématiques à Berlin, et qu’il s’était rendu par la suite à l’université de Vienne à l’âge de 21 ans [6]. Mais comme Dr. Dadrian est né en 1926, selon ses dires il aurait dû se trouver à Vienne en 1947.

Il demeure difficile de mettre la main sur des indices permettant d’affirmer clairement quand et quelles disciplines Dr. Dadrian a étudié en Europe. Etant donné qu’il immigra aux États-Unis en 1947, il est impossible qu’il ait pu être diplômé de trois universités différentes en l’espace de deux ans seulement (1945-47) 

Les informations fournies par les archives de l’Université Humbolt de Berlin (anciennement prénommée Friedrich-Wilhelms-Universität dans les années 1940) permettent de clarifier certaines zones d’ombre. En réalité, il s’avère que Dr. Dadrian arriva à Berlin au mois de janvier 1943 et qu’il s’inscrivit à des cours de philosophie. Il étudia à la Faculté des Arts alors que l’enseignement des mathématiques était assuré à la Faculté de Mathématiques et des Sciences Naturelles [7]

A l’été 1944, il se rendit à l’université de Vienne pour y suivre des cours d’histoire, de philosophie et de psychologie à la Faculté de Psychologie [8] et retourna à Berlin en décembre 1944 pour s’inscrire à des cours de pédagogie. Avant la fin de la guerre en mai 1945, Dr. Dadrian quitta l’université de Berlin pour ne plus y retourner [9]. Ainsi, il apparaît que ce dernier n’a jamais étudié les mathématiques et qu’il n’a pas quitté Berlin comme il le prétend “à la fin de la Seconde Guerre mondiale”. 

Ce qui est le plus surprend n’est pas le fait qu’il ait étudié en Allemagne, pays qui était reconnu pour la qualité de son enseignement, mais plutôt, la date de ses études. Il est légitime de se demander pourquoi Dr. Dadrian a choisi l’Allemagne parmi tous les autres pays européens à une période où la guerre y battait son plein et que le pays était gouverné par des Nazis. Nous savons tous que ces derniers ont expulsé, déporté et arrêté tous les Juifs inscrits à l’université de Berlin ainsi que tous ses professeurs et étudiants dissidents, et qu’ils ont brûlé des centaines d’ouvrages de sa bibliothèque. Il est également ironique de constater que les futurs spécialistes du génocide avaient choisi pour suivre leurs études cette même université viennoise qui, rappelons-le, avait expulsé sous la pression des Nazis 2200 étudiants et enseignants (pour la plupart juifs) et déchu de leur titre académique des centaines de diplômés, et notamment le célèbre écrivain Stefan Zweig après qu’Adolf Hitler ait annexé l’Autriche en mars 1938 [10]. Une explication plausible au choix du jeune Dadrian de suivre son éducation dans de tels établissements est peut-être qu’il partageait la conviction d’une victoire future des idées du régime allemand de l’époque. 
D’après les archives de l’Université de Zurich, Dr. Dadrian s’inscrivit à la fin de l’année 1945 au Département d’Economie de la Faculté de droit de l’université de Zurich où il poursuivit ses études jusqu’au milieu de l’année 1947 [11]. Le Département d’Economie faisait partie de la Faculté de Droit et des Sciences Politiques jusqu’en 1992 où il fut séparé pour devenir la Faculté d’Economie à part entière. Les documents d’archives de l’université de Zurich ne contiennent aucune information quant aux matières étudiées par Dr. Dadrian ainsi que les cours auxquels ils auraient pu assister. Mais, compte tenu du fait qu’il s’était inscrit au Département d’Economie, Dr. Dadrian aurait forcément dû suivre des cours d’économie. 

Or, aucune des trois universités ne dispose de traces susceptibles de confirmer l’obtention d’un quelconque diplôme par Dr. Dadrian dans leur établissement. 

Il est en outre surprenant que Dr. Dadrian n’ait jamais mentionné explicitement les périodes durant lesquelles il a fréquenté les universités européennes, et sa biographie énonce brièvement quelques lignes sur le Berlin d’“après-guerre”. Dans une des ses déclarations, Dr. Dadrian affirme avoir 21 ans quand il arriva à Vienne. En réalité, il en avait 18 à ce moment-là et c’était en 1944. En définitive, il y a de tout lieu de s’interroger sur les raisons qui ont poussé Dr. Dadrian à présenter de telles informations contradictoires concernant les disciplines qu’il a étudiées en Europe. 

SES ANTÉCÉDENTS DE DÉLINQUANT SEXUEL

Vahakn Dadrian immigra aux États-Unis en 1947. Au mois d’août 1954, il obtint son doctorat en sciences sociales à l’Université de Chicago. Peu de temps après, le 4 janvier 1955, il fit l’objet d’un mandat d’arrêt pour des actes d’agressions sexuelles à l’égard d’un mineur de 10 ans.
Le Chicago Daily tribune rapporta que Dr Dadrian fut arrêté à son domicile suite à une plainte déposée par le père du jeune garçon dans laquelle il accusa l’homme d’être l’auteur de violences sexuelles (sodomie) contre son fils. Dans sa déposition aux policiers, la victime indiqua que Dr Dadrian l’avait interpellé dans la rue et que ce dernier l’avait persuadé de l’accompagner à son domicile lui demandant de l’aider à porter un paquet.

Un article de presse de l’époque relate les faits :

UN DIPLÔMÉ D’UN DOCTORAT IMPLIQUÉ DANS DEUX AFFAIRES DE VIOLENCES SEXUELLES

Vahakn Dadrian, 33 ans, domicilié au 5442 Harper avenue, diplômé d’un doctorat en philosophie et sciences sociales de l’Université de Chicago depuis le mois d’août dernier, va être traduit aujourd’hui devant la Cour de justice chargée des crimes majeurs [The Felony Court] pour des faits à caractère sexuel sur un enfant de 10 ans.
Les charges portées contre lui sont le crime contre la nature
[terme employé pour désigner notamment les actes portant atteinte aux bonnes mœurs] et de délit sexuel contre un enfant.

Dr Dadrian, qui a déclaré avoir quitté la Turquie, son pays de naissance, pour immigrer aux États-Unis en 1946 et s’être marié trois mois plus tôt, a été arrêté hier à son adresse par le détective Vito Contino de la police de Hyde Park suite à une plainte déposée par le père du garçon.
M. Contino a affirmé que la victime avait déclaré à la police que Dr Dadrian l’avait persuadé de se rendre chez lui après l’avoir interpelé et demandé de porter pour lui un paquet.

Les instances officielles de l’université révèlent avoir remis à Dr Dadrian son diplôme de Docteur le 27 août de la même année.

Jury indictment count 1. Name of complainant obscured for privacy
Jury indictment count 2. Name of complainant obscured for privacy
Jury indictment count 3. Name of complainant obscured for privacy

L’acte comportant les différents chefs d’accusation formulés contre Dr Dadrian : crime contre la nature et délit sexuel sur mineur (le nom de la victime a été masqué afin de préserver sa vie privée). Il y est en outre accusé de conduite immorale, indécente et obscène.

Selon les documents judiciaires remontant aux faits, Dr Dadrian aurait lui-même payé sa caution de mise en liberté. Caution dont le montant s’élevait à 5000 $ [12]. Afin de se faire une idée de la valeur actuelle d’une telle somme, il faut savoir que 5000 $ en 1955 est équivalent aujourd’hui, selon les méthodes de calcul de la Banque de la Réserve fédérale [13], à 43 638,06 $. A titre de comparaison, le revenu médian d’une famille américaine était à l’époque de l’ordre de 4 418 $ [14].

Matt Capone (left) leaves Chicago’s Cook County Jail with his attorney, George Crane.

Dr. Dadrian s’offrit les services de Me Crane, illustre avocat de la défense au Barreau de Chicago. Me Crane a assuré la défense de plus de cinq cents personnes inculpées pour meurtre parmi lesquelles figurent des personnalités dont le petit frère du célèbre gangster Al Capone. Me Crane réussit à obtenir l’acquittement du petit frère Capone accusé de meurtre.
Dr Dadrian renonça à un procès devant jury, probablement sur recommandation de son avocat. Les compétences de l’éminent avocat ont été vraisemblablement de nature à contribuer grandement à ce que le juge prononce la relaxe de Dr Dadrian le 25 mai 1955.

Compte tenu du fait que Dr Dadrian n’avait jamais occupé d’emploi stable ni pendant les années passées en Europe ni même aux États-Unis mais qu’il ait pu malgré tout payer sa caution (dont le montant est égal au revenu médian d’une famille américaine de l’époque) et louer les services de l’un des meilleurs avocats de la ville, il ne fait aucun doute qu’il n’avait pas de problème financier.
Il se peut qu’il ait bénéficié de l’aide de son grand frère, Vahe, qui vivait déjà aux États-Unis lors de l’arrivée de Vahakn dans le pays, ou bien il a pu avoir recours aux fonds hérités de son père défunt, Hagop, qui fut un riche avocat et propriétaire foncier à Istanbul [15] ? La ville abrite d’ailleurs de nombreux arméniens fortunés et compte encore aujourd’hui une importante communauté arménienne prospère et très en vue.

Fin 1973, Dr. Dadrian a déposé une pétition à la Circuit Court du comté de Cook dans laquelle il demande le retrait de son casier judiciaire de toutes les informations relatives à cette dernière affaire pénale. Ce qui lui fut accordé.
Le plaignant qui avait 10 ans en 1955 mourut de façon prématurée en 1985 à l’âge de 41 ans.
Toutefois, d’autres événements survenus ultérieurement démontreront que l’arrestation de Dr Dadrian de 1955 n’était pas le fruit d’une simple coïncidence.

Malgré l’affaire pénale dans laquelle il fut impliqué, Dr Dadrian put poursuivre sa carrière dans l’enseignement.
Dès octobre 1955, il quitta Chicago et fut nommé au poste de Professeur adjoint au département de sociologie au Washington College dans le Maryland [16]. Mais rapidement, en mars 1956, Dr Dadrian donna sa démission pour se lancer, selon ses déclarations, dans l’écriture de sa seconde thèse doctorale en politique économique à l’Université de Zurich [17].

Au lieu de cela, Dr Dadrian pris part à l’automne 1956 – hiver 1957 [18] dans un projet d’étude de l’opinion en tant que chercheur auprès de James Vicary, un consultant publicitaire qui avait acquit une certaine notoriété notamment pour avoir falsifié les résultats de ces recherches.
Cette même année 1957, M. Vicary prétendait qu’il était capable d’augmenter de façon significative les ventes de Coca-Cola et de popcorn dans les salles de cinéma grâce à l’insertion à l’écran d’images subliminales telles que les messages “Buvez Coca-Cola” ou “Manger du popcorn” toutes les cinq secondes pendant une durée ne dépassant pas le millième de seconde lors de la diffusion d’un film.
Suite à de nombreuses critiques, M. Vicary reconnut en 1962 avoir inventé cette histoire de toutes pièces dans le but de relancer sa société de marketing en difficulté [19].

En mars 1957, Dr Dadrian changea d’établissement pour se rendre à l’université de la région reculée de l’Idaho pour y travailler en tant que Professeur adjoint en sociologie par intérim [20]. Par la suite, Dr Dadrian occupera ce même type de poste dans différentes universités américaines, et c’est en 1971, il acquit finalement le titre de Professeur de sociologie à l’Université de l’État de New York située à Geneseo.
Mais en 1981, Dr Dadrian fit de nouveau accusé de délit sexuel et plus précisément d’harcèlement sexuel contre, cette fois-ci, ses étudiantes.

Cette même année, il fut reconnu coupable par un tiers médiateur de quatre chefs d’accusations d’harcèlement sexuels portées contre lui. Toutes impliquant la même étudiante. Celle-ci l’accusa de “contacts physiques déplacés” sur elle, Dr Dadrian ayant tenté de la serrer dans ses bras et de l’embrasser dans son bureau. Il aurait également cherché à obtenir le même jour des détails sur la vie sexuelle de la jeune femme.

Exactement vingt-et-un jours plus tard, Dr Dadrian réitéra ses “gestes déplacés”. Cette fois, il saisit la victime par le bras dans le hall dans le but d’avoir une conversation avec elle et la “retint physiquement” avant de la plaquer dans le coin d’un mur [21].
Bien que trois autres étudiantes aient accusé Dr Dadrian de faits similaires commis contre elles (plus une autre étudiante qui lui reprocha d’autres faits à caractère non-sexuels), seulement une seule affaire fut examinée. Le médiateur rejeta quatre autres plaintes pour harcèlement sexuel formulées par deux femmes en raison du dépassement du délai légal d’un an. Délai au-delà duquel une action en justice n’est plus recevable.
En outre, les témoignages se succédèrent suite à la plainte de la première jeune femme.
Dr Dadrian fut acquitté de deux autres actes d’accusation portés contre lui, dont l’un faisait état d’un comportement à caractère sexuel envers une de ses étudiantes : le médiateur avait jugé “contradictoires” les témoignages livrés par les deux plaignantes [22].

Par conséquent, Dr Dadrian fut suspendu sans solde pendant un mois, sans être toutefois démis de ses fonctions. Les raisons de cette décision furent que le médiateur avait estimé qu’il s’agissait de cas isolés et qu’ils ne reflétaient pas un comportement habituel et caractérisé de son auteur.
Un autre argument en faveur de sa relaxe fut la situation géographique de la ville Geneseo et la typologie du milieu estudiantin de l’Ecole. Parce que la majorité des étudiants étaient originaires de petites villes, le médiateur conclut que la plupart d’entre eux étaient “peu sophistiqués, facilement impressionnables et immatures” en comparaison à leurs camarades d’autres universités plus prestigieuses [23].
Ces arguments ont de quoi surprendre surtout quand on sait que cette décision a permis à Dr Dadrian de commettre d’autres actes d’harcèlement contre des étudiants pendant encore une décennie.

Cette décision provoqua le mécontentement des étudiants qui organisèrent une manifestation le jour où Dr Dadrian repris son poste. Les victimes, le personnel et la faculté formèrent le Comité Geneseo Contre l’Harcèlement Sexuel et mirent en place une pétition qui recueillit plus de mille signatures et dont le but était de réclamer une investigation plus poussée de la part de l’administration du SUNY (State University of New York) afin “d’éviter à nos étudiants d’être confrontés dans les mois et les années à venir à de nouveaux cas d’harcèlement de la part du Professeur Dadrian” [24].
Le Comité affirma qu’il avait pu rassembler de nouveaux éléments permettant de prendre le contrepied des conclusions émises par le médiateur selon lesquelles le comportement de Dr Dadrian n’auraient été que “l’expression d’une impulsivité et d’un manque de discernement” [25].

Pour autant, la contestation n’eut pas l’effet escompté, et Dr Dadrian put une nouvelle fois échapper à la sanction. Mais cette situation d’impunité prit fin quand, en 1990, une nouvelle étudiante engagea des poursuites contre Dr Dadrian pour harcèlement sexuel. Celui-ci aurait donné un baiser sur la bouche de l’étudiante tout juste âgée de 18 ans. Les faits eurent lieu alors qu’elle l’aidait à raccrocher une bannière célébrant son retour à l’université à la fin d’une conférence à laquelle elle assista [26].
L’étudiante déposa une plainte formelle qui fit l’objet d’une enquête menée par l’Ecole et au terme de laquelle on trouva différents éléments étayant les accusations faites contre le professeur. On demanda dès lors à ce dernier, alors âgé de 64 ans, de déposer sa démission mais fit appel de la décision et il fut décidé de régler l’affaire par arbitrage exécutoire.

Le médiateur Carol Wittenberg reconnut Dr Dadrian coupable d’harcèlement sexuel et l’établissement le congédia en avril 1991 [27]. Un an plus tard, Dr Dadrian tenta de saisir la Cour d’appel de New York en contestation de la décision du SUNY Geneseo. Mais sa requête fut refusée et la Cour rejeta sa demande d’appel [28].

CONCLUSION

Dr Dadrian fut contraint à la démission en 1991 c’est à-dire il y a de cela environ 20 ans. Mais ces faits sont là pour nous démontrer qu’un prédateur sexuel suffisamment habile peut éviter la sanction pendant des années et poursuivre ainsi ses méfaits dans l’université sans être inquiété et ce, tout en se faisant passer pour un honorable professeur.
Il est assez probable que l’ampleur réelle des actes d’harcèlement dont Dr Dadrian a pu être l’auteur soit plus importante compte tenu du fait que les victimes n’ont certainement pas toutes oser se manifester de crainte de jeter l’opprobre sur un professeur.

La décision quelque peu ubuesque prise par le médiateur en 1991 qui avait reproché aux étudiants du Collège d’être “immatures” et qualifié les agressions commises par le professeur d’être “des actes isolés” malgré les nombreuses plaintes, rendent compte des failles du système universitaire chargé de la protection des étudiants.
Si les accusations portées contre Dr Dadrian dès 1955 avaient été examinées lors de son embauche en tant qu’enseignant, ou s’il avait été destitué de l’université dès la constatation des premiers actes d’harcèlement avérés, cela aurait pu éviter à d’autres étudiants de subir ces mêmes agissements pendant dix autres années.


Traduction exclusive pour Turquie News par Kerem.

Lire l’article original en anglais : article 12886.

[1V.N. Dadrian à Irving Louis Horowitz, 24 avril 1963. Archive Transactions-Horowitz, Bibliothèque de l’État de Pennsylvanie, http://collection1.libraries.psu.edu/cdm/ref/collection/transaction/id/1280.

[2‘Back Matter, About the Authors’, Journal of Peace Research 5, no. 4 (1968), http://www.jstor.org/stable/422473h....

[3‘Contributors’, Genocide Studies and Prevention 1, n°. 2 (Septembre 2006) : 225–226, http://muse.jhu.edu/login?auth=0&type=summary&url=/journals/genocide_studies_and_prevention/v001/1.2.contributors.pdf.

[4Vahakn N. Dadrian. Brief Biography and Bibliography of Published Works’(“Brève biographie et bibliographie des ouvrages publiés”) (Zoryan Institut, 17 juillet 2009), 4, 
http://www.zoryaninstitute.org/Anno....

[5Huberta Von Voss, Portraits of Hope : Armenians in the Contemporary World, trad. Alasdair Lean, Berghahn Series (Berghahn Books, 2007), 62,http://books.google.com/books?id=r3vbswx_1TEC.

[6Alyssa A. Lappen, ‘Armenia’s Tears’ (“Les larmes de l’Arménie”), FrontPage Magazine, 2 mai 2005, http://archive.frontpagemag.com/readArticle.aspx?ARTID=8749.

[7Dr Winfried Schultze, Bibliothécaire en chef, Universitätsarchiv, Humboldt-Universität zu Berlin, ‘Re : Diploma’, 31 octobre 2012, par correspondance email.

[8Mag. Barbara Bieringer, Archives de l’Université de Vienne, ‘Wahakn DADRIAN’, 16 novembre 2012, par correspondance email.

[9Dr Winfried Schultze, Bibliothécaire en chef, Universitätsarchiv, Humboldt-Universität zu Berlin, ‘Re : Diploma’.

[10‘Livre mémorial dédié aux Victimes du national socialisme à l’Université de Vienne 1938’, Université de Vienne, consulté le12 avril 2013, http://gedenkbuch.univie.ac.at/index.php?id=433&L=2 ; La presse associée, ‘L’Université de Vienne rend hommage aux 2200 Juifs expulsés par les Nazis’, Haaretz Daily journal, 2 juillet 2009, http://www.haaretz.com/jewish-world/2.209/university-of-vienna-honors-2-200-jews-expelled-by-nazis-1.279264.

[11Inge Moser, chargée des archives, archives universitaires, Université de Zurich, ‘Re : Diploma’, 
5 novembre 2012, par correspondance email.

[12People of the State of Illinois v. Vahakn Dadrian, 55CR-129 (Cour criminelle du comté de de Cook 1955).

[13‘La Réserve de la banque fédérale de Minneapolis’, consulté le 12 avril 2013, http://www.minneapolisfed.org/.

[14Youth Indicators, 1996 (Washington, D.C. : Département de l’Education des Etats-Unis, Centre national de l’Education Statistiques (National Center for Education Statistics), 1996, 44, http://nces.ed.gov/pubs96/96027.pdf

[15Von Voss, Portraits of Hope : Armenians in the Contemporary World, 62 ; Lappen, ‘Armenia’s Tears’.

[16‘Inscriptions College 467 ; Personnel supplémentaire 12’, The Washington Elm (Washington College, 8 octobre 1955), http://www.archive.org/details/washingtonelm195458wash.

[17‘Dadrian démissionne ; Poursuivre ses études’, The Washington Elm (Washington College, 3 mars 1956), http://www.archive.org/details/washingtonelm195458wash.

[18De Dadrian à Horowitz, 24 avril 1963.

[19S.O. Lilienfeld et al., 50 Great Myths of Popular Psychology : Shattering Widespread Misconceptions About Human Behavior (John Wiley & Sons, 2011), 38–39, (50 grands mythes de la psychologie populaire : Briser les idées fausses au sujet du comportement humain) http://books.google.com/books?id=8DlS0gfO_QUC.

[20‘Austria, Turkey Natives Hired to Teach at Idaho’ (Des professeurs nés en Turquie recrutés pour enseigner à Idaho), Spokane Daily Chronicle, 20 mars 1957, http://news.google.com/newspapers?id=0FBYAAAAIBAJ&sjid=7_YDAAAAIBAJ&pg=7122,4891564&dq.

[21Julienne Bostic, ‘Un professeur du Geneseo suspendu dans le cadre d’une affaire d’harcèlement sexuelle’, Albany Student Press, 3 mars 1981, http://library.albany.edu/speccoll/findaids/issues/1981_03_03.pdf ; Edwin Darden, ‘Un professeur suspendu pour harcèlement’, Livingston County Leader (Geneseo NY, 4 février 1981), http://fultonhistory.com/Newspaper%....

[22Darden, ‘Un professeur suspendu pour harcèlement’.

[23Ibid.

[24‘Plus de 100 signatures pour la pétition contre l’harcèlement sexuel’, Livingston County Leader (Geneseo NY, 11 mars 1981), http://www.fultonhistory.com/Newspa... ;
Associated Press, ‘Geneseo Fires Professor For Sexual Harassment’ (Geneseo vire un professeur pour harcèlement sexuel), Albany Times Union, 25 avril 1991, sec. Local, http://albarchive.merlinone.net/mweb/wmsql.wm.request?oneimage&imageid=5599449.

[25‘Plus de 100 signatures pour la pétition contre l’harcèlement sexuel’.

[26Associated Press, ‘Geneseo Fires Professor for Sexual Harassment’ (Geneseo vire un professeur pour harcèlement sexuel).

[27Ibid

[28Vahakn N. Dadrian v. State University New York/Geneseo, 186 AD2d 1099 (Cour Suprême de New York, Section d’appel, 4ème department 1992), http://ny.findacase.com/research/wfrmDocViewer.aspx/xq/fac.19921007_0050968.NY.htm/qx ; Vahakn N. Dadrian contre l’Université de l’Etat de New York/Geneseo, 81 NY2d 702 (Cour d’appel de New York 1993), http://ny.findacase.com/research/wfrmDocViewer.aspx/xq/fac.19930107_0040169.NY.htm/qx.

#Lobbying arménien Question Arménienne Turcophobie Vahakn Dadrian
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank