EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Russie/Arménie : Echanges de bons procédés (...)

Russie/Arménie : Echanges de bons procédés contre les Turcs et les Ukrainiens (Turquie/Ukraine)


Ecrit par TN-pige, 2007-12-20 10:41:36


La Russie a été le premier Etat à autoriser les ultra-nationalistes arméniens à s’emparer du contentieux historique turco-arménien pour faire pression sur les Turcs.

En effet, à l’époque où la Turquie était l’ultime rempart de l’Europe contre le bloc soviétique la Russie a soutenu, autorisé et organisé la première manifestation ultra-nationaliste arménienne en 1965.

L’utilisation à des fins politiques de la "question arménienne" est depuis devenu un des éléments fondateurs du lobbying et de l’identité arménienne au sens où l’entendent les ultra-nationalistes arméniens.

Mais les collusions et les échanges de bon procédés politiques ne s’arrêtent pas là. Récemment, l’Arménie a refusé de reconnaître la responsabilité de la Russie dans le génocide du peuple Ukranien en 1932-1933.

Et en échange, la Russie continue donc de soutenir les thèses de l’ultra-nationalisme arménien animés par la seule Turcophobie.

Mais parfois les prises de position vont un peu plus loin que de simples paroles politiques autour de petits-fours et verres de champagne dans des pince-fesses moscovites.

Ainsi le 26 novembre 2007 la presse nationaliste arménienne faisait état d’une conférence donnée par l’historien mercenaire Alexander Malashenko, du Carnegie Center à Moscou connu pour ses position farouchement anti-turques. Et M. Malashenko, un peu trop emporté par les applaudissements et les caresses des ultra-nationalistes arméniens est allé jusqu’à fièrement lacher que si le problème arménien existe toujours, c’est à cause du "complexe d’infériorité des Turcs", selon lui.

Et voilà que la dernière goutte de phrase choc brodés de préjugés fait déborder le vase de la turcophobie...

“S’il n’y a aucun repentir ni compréhension sur ce qu’il s’est réellement passé, de telles questions feront toujours l’objet de spéculations”, spéculations auxquelles on pourrait pourtant couper sourt si l’Arménie et les nationalistes arméniens acceptaient la proposition des Turcs de s’assoire autour d’une tablee t de discuter du contentieux historique pour arriver à établier la vérité en prenant en compte les positions et les arguments de chacun. Mais les nationalistes arméniens auront-ils le couarge de remettre en cause leur dogmes ? La réponse est des plus évidentes : NON ! Pas après 50 années de dépenses faramineuses, de lobbying agressif et de terrorisme anti-turc qui seulement aujourd’hui portent leurs fruits.

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.


Alexei Malashenko, Docteur en Sciences (Histoire), est professeur à l’Institut d’Etat de Moscou pour les Relations Internationales et est membre du Conseil d’Expert du Centre Carnegie de Moscou.

Mot-clé :
Lobbying arménien Question Arménienne Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank