LES OTTOMANS & ATATÜRK

Ecrit par Özcan Türk (Facebook), 2017-10-22 22:12:20


A la veille du très républicain 29 octobre, le budget réservé aux représentations de la Turquie à l’étranger pour les célébrations de la fête de la République a été diminué dans le but de « faire des économies ». En 2011 et en 2014, les célébrations avaient été carrément annulées. Chaque année, on s’attend à un nouveau motif pour soit décommander, soit limiter une fête dédiée à Atatürk ou à la République : le 19 mai, le 23 avril, le 30 août et le 29 octobre.
Alors que certains instrumentalisent le passé ottoman des Turcs pour miner les fondements de la République turque laïque et progressiste, le chroniqueur du quotidien Sözcü, Yılmaz Özdil leur répond en rappelant les déclarations de feu le prince Osman Ertuğrul Osmanoğlu, dernier descendant des sultans de l’Empire ottoman.

Je vous soumets, ci-dessous, une traduction de son article daté du 1er mai 2016.

Tant que certains Turcs ne seront pas en paix avec leur passé ottoman et tant que d’autres continueront dans la haine revancharde envers Atatürk, la société turque ne pourra pas évoluer et prospérer de façon équilibrée et saine.


TRADUCTION

A l’époque où j’étais le directeur de l’information de la chaîne ATV, j’ai sollicité ma chère amie, Neslişah Evliyazade, petite-fille de 5è génération du dernier sultan ottoman Mehmet VI Vahdettin pour interviewer Osman Ertuğrul. Je lui en sais gré, elle a bien voulu aider et nous avons pu faire un direct avec le 43è chef de la famille impériale de l’Empire ottoman, le prince Osman Ertuğrul Osmanoğlu.

Osman Ertuğrul Osmanoğlu était le doyen des derniers descendants des sultans de l’Empire ottoman. Il est décédé dans une clinique privée d’Istanbul, à l’âge de 97 ans, en 2009.

Il était le petit-fils du sultan Abdülhamit II qui a dirigé l’Empire de 1876 à 1909.

Si le sultanat n’avait pas été aboli, Osman Ertuğrul aurait régné comme padischah sous le nom de Osman IV ou Ertuğrul 1er.
*
C’était une première tant dans l’histoire de la République que celle de la télévision turque. Toute la Turquie était figée devant son écran de télé et attendait impatiemment.
*
Puis est apparu le prince Osman Ertuğrul. Il était accompagné de sa gracieuse épouse, Zeynep Osman.

Ils étaient on ne peut plus humbles. Nous n’avions rien préparé de pompeux, ni de bien luxueux, c’était notre ambiance de travail ordinaire. Je les ai invités à mon bureau. Après les politesses conventionnelles, nous leur avons proposé une boisson. « Un thé, s’il vous plait. » a-t-il préféré. Je ne veux pas paraitre arrogant mais vous noterez que l’auteur de ces lignes, votre humble serviteur, a offert un verre de thé à un Padichah, un Prince impérial !... D’ailleurs, notre échange s’étant agréablement prolongé, très égayé, le prince a demandé un second verre de thé. Nous n’allions certainement pas lui dire : « Désolé, vous n’êtes pas au Palais de Dolmabahçe », aussi avons-nous fait apporter un thé bien infusé au Prince.
*
Passons.
Notre conversation s’est terminée puis est arrivée l’heure des info.
*
La première fois dans l’histoire de la Turquie, nous allions faire un direct avec le petit-fils du sultan Abdülhamit II, le fils du prince Mehmet Burhaneddin Efendi.

Sa mère, après avoir divorcé du prince, s’était remariée avec Cavit Bey, ministre des finances du premier cabinet d’Atatürk. Oui, c’est le même Cavit bey qui a été impliqué dans la tentative d’assassinat d’Izmir. Plus clairement, le beau-père de celui qui intervenait devant nos écrans avait été pendu en 1926 pour son implication dans la tentative d’assassinat contre Atatürk à Izmir. En outre, comme je l’ai rappelé au début, si le sultanat n’avait pas été aboli, c’est lui Osman Ertuğrul qui aurait régné comme monarque et on l’aurait nommé : Sa Majesté impériale.

*
Osman Ertuğrul a pris place dans nos studios, face aux caméras.
Savez-vous ce qu’il a dit ?
*
« Ce fut très pénible pour notre famille mais c’est la Turquie qui y a gagné. Moi, je suis né en tant que Turc et je mourrai en tant que Turc. Atatürk a été un très bon dirigeant pour le peuple turc, il a été un dirigeant formidable. Si Mustafa Kemal n’avait pas existé, nous n’aurions pas Istanbul. La méthode pour sauver le pays était de fonder la République. Atatürk l’a fait. »
*
Mot pour mot, c’est ce qu’il a déclaré. Celui qui aurait occupé le trône du sultan Mehmet II le Conquérant, si l’Empire ne s’était pas effondré, a clairement dit : « Je suis né turc, je mourrai turc. Sans Mustafa Kemal Atatürk, il n’y aurait pas eu Istanbul. Pour sauver la Turquie, il fallait fonder la République. »
*
Aucune colère, aucune haine.
Uniquement un sentiment de gratitude.
*
Osman Ertuğrul était le dernier prince né dans le palais impérial. On le nommait « Le Dernier Ottoman. ». On s’adressait à lui en utilisant le titre ottoman : « Devletli necabetli Osman Ertuğrul efendi hazretleri », l’équivalent français de « Son Altesse Impériale, Sa Sainteté Osman Ertuğrul efendi ». En 1933, il s’était installé aux Etats-Unis en compagnie de son père. Son turc était pur. Il parlait couramment l’anglais, l’allemand, le français, l’italien et l’espagnol. Suite à l’amnistie de 1974, il était venu la première fois en Turquie en 1992 et avait acquis la nationalité de la République turque en 2004.
*
3 ans après son direct sur ATV, Osman Ertuğrul a accordé en 2007 un reportage à la chaîne CNN Türk. Sans ambages, il a martelé : « Tous les Turcs, moi y compris, sont redevables à Atatürk. C’est lui qui a sauvé le pays. Il a eu la brillante intelligence de fonder la République. Si Atatürk n’avait pas existé, seul Allah sait ce que nous serions devenus ! Le sultanat, la monarchie, le califat, la charia, tout cela est du passé. Maintenant, les jeunes doivent s’approprier et défendre la laïcité et l’intégrité du pays. »
*
J’attire votre attention… Le chef de la dynastie ottomane appelle à « s’approprier la laïcité ».
*
Osman Ertuğrul a parlé aux médias turcs Hürriyet, Milliyet et Habertürk. Il a chaque fois souligné la même chose : « N’oubliez pas, s’il n’y avait pas eu Mustafa Kemal Pasha, aucun de nous n’aurait été. Ses réformes ont été douloureuses pour la famille ottomane mais la Turquie existe grâce à lui. Vous, moi, nous tous, lui devons notre existence. ».
*
Si les marchands de religion qui vomissent leur haine d’Atatürk en instrumentalisant les Ottomans avaient vécu à l’époque de l’Empire ottoman, ils n’auraient même pas été acceptés à la cour comme cocher.
La preuve, les propos du prince ottoman Osman Ertuğrul.

Yılmaz Özdil
1er mai 2016
©Traduit du turc par Özcan Türk

Source de l’article en turc : Sözcü

éducation histoire république Turcs
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2017 | Mentions l�gales |

Visiteurs connectés : 30