REVUE DE PRESSE DU 18 OCTOBRE 2017

Ecrit par Dilek, 2017-10-18 10:33:38


L’équipe tient à souligner que les informations émises dans cette revue de presse ne reflètent pas nécessairement son opinion. Elle s’adresse à un public qui souhaite connaitre les sujets traités par les médias francophones relatifs à la Turquie

REVUE DE PRESSE DU 18 OCTOBRE

Volonté d’Ankara de consolider sa présence en Afrique

La Turquie a fermement condamné l’attentat informe HUFFINGTON POST, faisant au moins morts 276 et 300 blessées dans la capitale somalienne Mogadiscio, samedi 14 octobre. Apres que plusieurs personnalités politiques turques aient exprimé tout leur soutien dans la lutte contre le terrorisme, Ankara a envoyé un convoi humanitaire et a pris en charge certains blessés. L’article rappelle que depuis quelques années la Turquie marque de différentes manières (économiquement, diplomatiquement) sa présence en Afrique, en particulier en Somalie. Dernièrement elle a inauguré un camp militaire. Les deux états ont également signé une quinzaine d’accords bilatéraux. Dotée d’une population très jeune, la Somalie représente pour la Turquie un marché prometteur juge Nicholas Kay, ancien représentant spécial de l’ONU en Somalie. La Turquie espère gagner le soutien des pays africains afin de pouvoir jouer un rôle majeur parmi les puissances internationales soutient Sébastian Santander, professeur en science politique et en relations internationales.

Dans L’ECONOMISTE MAGHREBIN, on apprend que la Turquie souhaite fortement renforcer ses liens avec la Tunisie, l’Algérie et le Maroc. Les relations bilatérales entre le Maghreb et la Turquie se portent bien et elle est déterminée à les maintenir. L’entente avec l’Occident s’est dégradé depuis la tentative de coup d’Etat de juillet 2016 c’est pourquoi Ankara se tourne vers d’autres partenaires comme la Russie pour ne pas s’isoler analyse le site tunisien francophone.

Turquie/ Occident : une diplomatie fragile.

LA RTBF nous apprend que le président turc réclame de l’Europe un peu plus de clarté quant à l’entrée de la Turquie dans l’union tout en précisant qu’elle n’a pas besoin d’elle. Elle souhaite obtenir des déclarations plus nettes et précises. Erdogan accuse l’’Europe de faire tout ce qui est en son pouvoir pour isoler la Turquie de l’Occident et, si possible, du monde entier : L’union quant à elle considère qu’Ankara ne remplit pas les conditions nécessaires à la suppression des visas pour les citoyens turcs.

TRT NET, le site de la chaine turque en langue française retransmet les déclarations du chef d’Etat turc selon lesquelles des agents se trouveraient dans certains consulats en Turquie "« Certains consulats abritent des agents membres de l’organisation terroriste guléniste FETO. Ce ne sont pas des diplomates, ce sont des agents. Des agents similaires vivent actuellement aux Etats-Unis. Et ces agents ont des relations très étroites avec les membres du congrès. Tout cela est une réalité apparente. De toute façon, le chef de l’organisation terroriste vit en Pennsylvanie » faisant allusion à Fetullah Gulen, accusé par Ankara d’être l’instigateur du putsch raté.

LA NOUVELLE TRIBUNE, journal francophone béninois relaye les propos du président turc concernant les Etats Unis qui d’après lui « veulent dompter la Turquie comme un lion privé de ses griffes. Notre volonté de défendre l’indépendance de notre pays est très préoccupante pour certains dans le monde » déclare-t-il. L’annonce de Washington de limiter les visas des turcs vers leur pays a envenimé des rapports déjà très tendus entre les deux pays. Erdogan n’a manifestement pas supporté l’affront américain en lançant dans un discours "Nous ne sommes pas un Etat tribal. Nous sommes la République de Turquie et vous allez l’accepter. Si vous ne le faîte pas, alors désolé mais nous n’avons pas besoin de vous ».

L’ORIENT LE JOUR recueille les témoignages de jeunes citoyens Turcs qui devaient se rendre aux Etats Unis mais cette suppression "provisoire" des visas risque de mettre un terme à leur projet ( études, travail ..) ; Confirmé par Deniz Akar, directeur général de l’International Education Fairs of Turkey (IEFT) à Istanbul, "Si cette interdiction de visas se poursuit encore quelques semaines, les étudiants turcs ne pourront malheureusement pas participer au programme Work and Travel pour 2018", déplore-t-il. Cette situation incertaine inquiété aussi bien les Turcs que les américains qui devaient venir en Turquie précise le quotidien. En 2016, près de 314 000 Turcs se sont rendus aux Etats-Unis et plus 459 000 Américains sont allés en Turquie, selon les données de l’Office national turc des statistiques (Tüik).

Can Dundar, Asli Erdogan , invités à la foire du livre de Francfort

les deux icones de la résistance ainsi que d’autres auteurs turcs ont participé à une table ronde sur le thème des atteintes à la liberté de presse en Turquie.

L’ORIENT LE JOUR rappelle que Can Dundar, ancien rédacteur en chef du journal d’opposition Cumhuriyet et Asli Erdogan, romancière ont passé quelques mois en prison. A l’occasion de cette foire, les journalistes, écrivains turcs présents ont appelé contre l’isolement de la Turquie, "Isoler la Turquie signifie soutenir Erdogan, pas nous" se désole Can Dundar et insiste sur le fait la moitié qui résiste contre le régime et souffre a besoin du soutien extérieur. Présent également précise le quotidien le romancier Burthan Sonmez qui a décidé de retourner vivre à Istanbul après avoir passé 10 années en Grande-Bretagne tout en étant conscient des risques encourus "Vous ne savez pas ce qui peut se passer d’un jour à l’autre. Vous pouvez vous retrouver au travail ou en prison". Asli Erdogan met l’accent quant ‘à elle sur les fractions de l’opposition "La question arménienne, la question kurde, ce sont des lignes de fracture qui divisent l’opposition. Nous ne pouvons pas faire vraiment obstacle à Erdogan et à sa tyrannie à cause de ces fractures" avance l’écrivain dont le procès est fixé le 30 octobre.

Sur la station RFI, Asli Erdogan qui a reçu le prix de la Paix Erich-Maria-Remarque a déclaré "Il y a environ 180 écrivains et journalistes en prison Et il faut que nous soyons des porte-parole, car je pense que la plupart des gens savent qu’il se passe des choses terribles en Turquie, mais ils ne peuvent pas imaginer à quel point c’est devenu grave. Il faut que nous racontions en détail la réalité, car la situation est au-delà de toute imagination pour des personnes normales. »

Rapport accablant d’Human Rights Watch (HRW)

LE FIGARO ET RFI reprennent le communiqué de presse de HUMAN RIGHT WATCH qui fait état de la torture dans les centres de détention de la police et des enlèvements. HRW a publié un rapport de 43 pages " En garde à vue : Tortures policières et enlèvements en Turquie" qui dénonce les abus de la police. Depuis la tentative du coup d’état, HRW soutient que des personnes arrêtées ont été torturées et d’autres enlevées en s’appuyant sur des preuves. Le rapport dénombre 11 cas d’abus grave commis en détention et 5 cas d’enlèvement à Ankara et à Izmir entre mars et juin 2017. HRW regroupe des preuves à partir de documents de tribunaux dans lesquels des détenus ont affirmé à des procureurs, ou lors d’audiences de tribunaux, qu’ils avaient subi des mauvais traitements. HRW s’appuie également sur d’autres sources notamment le témoignage des avocats des victimes. Qui eux-mêmes subissent des pressions dans l’exercice de leur fonction. Les avocats assurent par ailleurs que certains de leurs clients, victimes d’abus ont peur de s’exprimer.

Hugh Williamson, directeur de la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch estime que "Étant donné le sombre passé de la Turquie en matière de disparitions forcées, les autorités doivent localiser les hommes dont on est sans nouvelles et s’assurer que quiconque est détenu par des agents de l’État ait un accès régulier à un avocat et que sa famille sache où il est". A ce sujet l’organisation des droits de l’Homme a écrit au ministre de la Justice en août au sujet de la plupart de ces cas d’enlèvement, mais n’a reçu aucune réponse. « On se retrouve dans une situation qui ressemble à ce qui se passait à la fin les années 90 déclare M. Williamson sur RFI On a été très prudent on ne présente que des cas indiscutables. On a onze cas pour lesquelles il y a des preuves de torture et cinq cas d’enlèvement dans la rue, nous avons peur qu’il y ait de nombreux autres cas de ce type. » Affirme-t-il. HRW révèle d’autre part qu’il est très difficile pour les avocats d’exercer leur métier, depuis l’état d’urgence après le putsch manqué, 3 associations d’avocats ont été fermées La situation inquiétante des droits de l’homme en Turquie devrait être un sujet essentiel de l’Union Européenne et des partenaires internationaux de la Turquie, poursuit le communiqué.

Où va la Turquie ?

Sur les cendres de l’Empire Ottoman et suite à la guerre d’indépendance, Mustafa Kemal Atatürk, en 1923 a fondé la République laïque de Turquie dont il a été le premier Président. Depuis quelques années, l’AKP aux commandes du pays depuis 2002 met-il un terme aux valeurs laïques et républicaines de la Turquie en y réintroduisant en autres des interdits musulmans ancestraux se questionne ARTE dans un reportage de Square idée. Le président turc Recep Tayib Erdogan semble redonner une nouvelle identité au pays en se servant d’une part du passé glorieux ottoman, d’autre part en étouffant toutes idées contraires aux siennes. La chaîne franco-allemande offre la parole à Ece Temelkuran, journaliste et écrivain et à Jean Marcou, professeur de sciences politiques, spécialiste de ce pays qui nous livrent leur analyse. La journaliste met l’accent sur l’imprévisibilité de la situation qui serait "la plus terrifiante de la vie quotidienne turque" . Elle ajoute "Avant que le mal ne soit visible, il y a cette sombre période de basses manœuvres, comment se fait ‘il que ce mal devienne aussi puissant". Là où Jean Marcou fait plutôt état "d’un phénomène de personnalisation du pouvoir" où "le régime est de plus en plus autoritaire".

Dans les années 70, Ece Temelkuran rappelle la triste période où la Turquie a connu "quasiment une guerre civile entre les forces de gauche et de droite". L’armée est intervenue en 1980. A ce propos le chercheur explique que " pour combattre les idées marxistes, l’armée va remettre au gout du jour les valeurs de la famille, de l’islam. Dans le nationalisme turc même pour l’armée, l’islam est important parce que c’est l’une des caractéristiques de cette Turquie, la laïcité est en quelque sorte un contrôle de cet islam turc. Par ailleurs l’écrivain est convaincue que l’Europe ne voulait pas de la Turquie n’a "jamais montré d’enthousiasme pour la composante laïque de la Turquie , moins que pour l’AKP" regrette-t-elle. L’AKP a su avec son dirigeant incarner aussi bien les nouvelles classes d’entrepreneurs, les nouvelles classes urbaines moyennes, récemment urbanisées, négligées par le régime d’avant comme l’indique Jean Marcou " et l’AKP a pu (en 2002) débloquer la situation. et parait pouvoir associer le peuple à la démocratisation poursuit le spécialiste. Pour sa part la journaliste se désole que l’intelligentsia turque ait soutenu le discours anti armée de l’AKP . Concernant la situation économique, alors qu’Ece Temelkuran estime que "l’imprévisibilité peut conduire à la ruine économique du pays, Jean Marcou pense que "certains investisseurs aiment les régimes policiers"

AKP, parti fatigué ?

Sur le site d’information L’ORIENT XXI, le journaliste Uraz Aydin qui est aussi militant syndical et universitaire limogé, se penche sur les fragilités au sein de l’AKP, parti au pouvoir en Turquie depuis 2002. La division interne a été plus visible après le référendum sur la constitution du 16 avril dernier. Le OUI à la concentration des pouvoirs présidentiels l’a emporté bien que dans les deux principales villes Ankara et Istanbul les nonistes étaient en tête. Cette semi victoire a mis le malaise aussi bien chez les modères que chez les radicaux du parti. Les deux groupes refusent la personnification du pouvoir, le culte de la personnalité pour des raisons différentes. Le journaliste affirme que le parti en fait n’existe plus. Il y a une vision binaire, souligne-t-il, d’un côté les Reisçi (les défenseurs d’Erdogan surnomme le Reis) et de l’autre ce qu’on peut considérer de "traitres" car non fidèles au président. L’universitaire explique que l’identification à Erdogan est devenue en soi une cause politique d’où l’Erdoganisme.

"Administration machiavélique et bonapartiste" dénonce Cihangir Islam, intellectuel musulman dissident, professeur en chirurgie qui fut conseiller d’Erbakan. Il a été levé de ses fonctions pour avoir signé une pétition en faveur de la liberté d’expression, en soutien aux universitaires signataires de la pétition pour la paix. Cet intellectuel musulman considère que l’AKP n’est pas un parti islamiste, avis partagé par le professeur Tayfun Atay, spécialiste des confréries islamiques « L’AKP n’a jamais été islamiste, au contraire c’est lorsque ses fondateurs ont fait leur adieu à l’islamisme que l’AKP est né » atteste-t-il. En s’appuyant sur la transformation des confréries en fondation, en holding gérant des médias, des hôpitaux, etc., le professeur démontre que le parti est fondé sur un capitalisme licite (halal). C’est pourquoi dans le journal KARAR, regroupant des dissidents de l’AKP, le chroniqueur Hakan Albayrak appelle à plus d’hétérogénéité dans le parti.

Climat favorable pour la culture du vin en Turquie.

la Turquie a la cinquième plus grande superficie viticole au monde avec 480.000 hectares cultivés, selon l’organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), indique LE FIGARO . Cependant Murat Yanki, sommelier et dirigeant de la plateforme de tourisme viticole turque Vinotolia, explique qu’elle n’est "qu’au 30e rang pour la production de vin". Le vin est principalement produit sur la péninsule de Gallipoli, sur la côte égéenne, en Anatolie centrale, ainsi que, pour certains, dans le sud-est du pays. Malgré un climat propice, Mark Sims, le gérant australien du vignoble Suvla, principal producteur de vin de la péninsule de Gallipoli regrette que "seuls 2 % des vins turcs sont exportés, Par ailleurs les viticulteurs doivent faire face à des régulations et des taxes élevées imposées avec l’AKP ce qui expliquerait la baisse de la consommation de vin argue le quotidien. Pourtant malgré ses obstacles Marl Sims se réjouit que le vin turc "gagne en visibilité dans le monde", avec des médailles d’or.

Une grande mosquée turque prochainement à Strasbourg

Les Franco-Turcs vont être heureux de l’apprendre, Strasbourg aura une des plus grandes mosquées d’Europe, 5500 m2 qui pourra accueillir jusqu’a 2000 personnes. La première pierre a été posée sous la présence d’élus de Strasbourg, des membres du conseil du culte musulman, de l’ambassadeur de la Turquie en France et bien sur des fidèles.

FRANCE 3 informe que la construction de la "Grande Mosquée Turque", estimée à 30 millions d’euros devrait durer 3ans. Cet immense projet est impulsé par une des plus anciennes associations musulmane turque Milli Gorüs. L’architecture de style ottoman est confiée à Muharrem Hilmi Senalp, connu notamment pour avoir conçu la mosquée de Tokyo.

ALSACE ACTU explique qu’en France, des pays étrangers musulmans financent une partie des mosquées. Pour celle-ci, Milli Gorüs a lancé une souscription pour atteindre les 30 millions d’euros nécessaires au financement de la construction de l’édifice.

LIENS
-  http://www.huffingtonpost.fr/2017/10/16/attentat-de-mogadiscio-en-somalie-aide-materielle-soins-pourquoi-la-turquie-est-si-presente_a_23244750/
-  http://www.bbc.com/afrique/region-41634333
-  http://www.leconomistemaghrebin.com/2017/10/17/enjeux-geopolitiques-de-turquie/
-  https://www.rtbf.be/info/monde/detail_erdogan-appelle-a-une-decision-sur-l-adhesion-turque-a-l-union-europeenne?id=9735595
-  https://lanouvelletribune.info/2017/10/turquie-erdogan-sen-prend-aux-usa/
-  https://www.lorientlejour.com/article/1078191/guerre-des-visas-langoisse-des-turcs-en-partance-pour-les-usa.html
-  http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2017/10/13/erdogan-a-fait-savoir-que-certains-consulats-en-turquie-abritent-des-agents-826193
-  http://sites.arte.tv/square/fr/ou-en-est-la-turquie-square
-  https://www.contrepoints.org/2017/10/13/300841-turquie-nostalgie-imperiale-mal-partie
-  https://www.lorientlejour.com/article/1078027/nisolez-pas-la-turquie-lappel-decrivains-victimes-de-la-repression.html
-  http://www.rfi.fr/culture/20171013-asli-erdogan-turquie-situation-est-extremement-noire
-  https://www.hrw.org/fr/news/2017/10/12/turquie-tortures-dans-des-centres-de-detention-de-la-police-et-enlevements
-  http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/10/12/97001-20171012FILWWW00078-turquie-les-preuves-de-torture-s-accumulent.php
-  http://www.rfi.fr/moyen-orient/20171013-turquie-rapport-torture-droits-homme-terrorisme-human-rights-watch
-  http://orientxxi.info/magazine/debats-et-divisions-au-sein-de-l-akp-en-turquie,2038
-  http://alsace-actu.com/bientot-une-des-plus-grandes-mosquees-deurope-a-strasbourg/
-  http://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/mosquee-meinau-strasbourg-pose-premiere-pierre-1348285.html
-  http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-du-monde/o134072-turquie-malgre-les-obstacles-l-industrie-du-vin-s-accroche-pour-vivre

La presse
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2017 | Mentions l�gales |

Visiteurs connectés : 19