REŞAT BEY : UN HEROS TURC

Ecrit par Pakize, 2017-09-13 20:41:02


Par Özcan Türk

La guerre d’Indépendance turque n’a pas été facile à gagner. L’ennemi était féroce et l’effacement de l’élément turc d’Anatolie avait été acté par l’infâme traité de Sèvres. Mais un homme s’est opposé à ce scénario apocalyptique : Mustafa Kemal Atatürk. Grace à ses facultés hors-normes, il a réussi à mobiliser les forces patriotes de la nation turque pour combattre l’occupant. De nombreux héros ont servi aux côtés de Mustafa Kemal Pasha. Certains ont même donné leur vie tant l’amour de la patrie faisait battre leur cœur. Voici l’histoire émouvante de l’un d’entre eux : le colonel Reşat, commandant de la 57è division lors de la bataille finale contre l’armée grecque.

Avant de parvenir à la grande victoire du 30 août 1922 qui signe la fin de la guerre d’Indépendance, le feu faisait rage entre les Turcs et les soldats grecs supérieurs en nombre et bien mieux armés grâce au très hellénophile Premier ministre britannique Lloyd Georg.

Le 27 août 1922, soit 3 jours avant la victoire turque, la 57è division turque encercle le pic de Çiğiltepe qui revêt une importance majeure pour le reste de l’affrontement mais sa conquête s’avère difficile car le général grec Trikopis veut coûte que coûte conserver cette colline décisive.

Voici le récit selon les enregistrements historiques.

***A 10h30, Mustafa Kemal interroge le commandant Reşat.
- « Reşat Bey, quand pensez-vous conquérir cette colline très importante ? »
- « Dans une demi-heure mon commandant. »
- « Je vous souhaite bon succès ! »

***A 10h45, Mustafa Kemal remarque que la résistance ennemie ne faiblit pas.
- « L’ennemi a massé toute sa division sur la colline mais n’ayez aucune inquiétude mon commandant, nous allons la prendre. » rassure Reşat Bey.

***A 11h, Mustafa Kemal téléphone :
- « J’aimerais Reşat Bey. »
- « Mon commandant, Reşat Bey vous a laissé un message avant de se suicider. Je le lis : ‘’Mon commandant, j’ai décidé de mettre fin à ma vie car je n’ai pas tenu parole’’. »

Mustafa Kemal ne peut retenir ses larmes.
- « Qu’Allah accueille Reşat Bey en son paradis, il était un très grand patriote. »
***A 11h45, le téléphone sonne.
- « Mon commandant, nous avons pris la colline Çiğiltepe. L’ennemi est en train de fuir vers la vallée de Sincanlı. »

Reşat Bey, homme d’honneur, avait sacrifié sa vie pour une victoire qui avait tardé de 45 minutes.

Comment rester insensible devant un tel sentiment de dévotion à la patrie et un tel attachement à l’honneur, à la loyauté et à la dignité ? On a les poils qui se hérissent en lisant ces faits d’armes. Ce héros avait estimé que tous ses actes d’héroïsme antérieurs pour sa patrie ne valaient rien devant un engagement qu’il avait pris.
C’est avec de tels héros que la guerre d’Indépendance truque a été gagnée.

Pour nos héros qui ont sauvé et glorifié l’honneur de la nation turque, le commandant général Mustafa Kemal Pasha dira :
- « A toi soldat turc !
Il n’existe aucune armée au monde qui a l’honneur de posséder un soldat dont le cœur est aussi immaculé et aussi brave que le tien. Tu es le ferment de toutes nos victoires. Tu es le forgeron de toutes nos gloires. J’exprime une pensée émue d’hommage et de gratitude envers tous nos soldats tombés sur ce champ de bataille. Paix à leur âme ! »

Ces paroles de Mustafa Kemal Atatürk sont gravées sur le marbre de la stèle du cimetière militaire qui porte le nom de « Reşat Bey ».

Si en montant d’Antalya, vous passez par le district de Sandıkli en direction la ville d’Afyonkarahisar -dont je suis originaire-, faites une pause d’hommage dans le village de Çiğiltepe, c’est sur la droite de la route nationale, juste en face de la commune de Başağaç. Il y a un panneau indiquant « Cimetière militaire colonel Reşat Bey-Çiğiltepe – 10 km ».

A l’entrée du cimetière trône un buste en bronze du colonel Reşat Bey mais sa dépouille a été transférée, en 1988, au cimetière d’Etat d’Ankara malgré les protestations des habitants de Sandıklı.

Reşat Bey sera décoré, à titre posthume, de la médaille d’Indépendance et après la réforme des patronymes, Atatürk donnera à sa famille, le nom « Çiğiltepe » afin que leur nom soit éternellement associé à l’héroïsme de leur père.

Sa vie a fait l’objet d’un livre signé par le général Cihangir Akşit : « Çiğiltepe : le colonel Reşat Bey et 27 ans passés dans la défense de la patrie ».

Pour terminer, je vous laisse lire, sur ce sujet, l’auteur d’une des meilleures biographies d’Atatürk, le professeur Andrew Mango, turcophone :

« La force et la précision du feu turc ravirent Mustafa Kemal. (…) Quand le soir arriva, les Turcs avaient progressé considérablement, mais n’avait pas fait de percée. Cependant, l’esprit d’offensive des Turcs était évident. Quand la 57è division échoua dans sa tentative de prendre sa cible, le pic Çiğiltepe, Mustafa Kemal demanda une explication à l’officier qui la commande, le colonel Reşat, un camarade de la Grande Guerre. Ce dernier promit de conquérir la colline en une demi-heure. La seconde fois que Mustafa Kemal se rendit au quartier général de la division, on lui lut le mot que Reşat avait laissé avant de se suicider : « J’ai décidé de mettre fin à ma vie car je n’ai pas tenu parole ». »

- Andrew Mango, Atatürk, Broché, page 316.-

Source : Page Facebook de Özcan Türk

Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions l�gales |