HOMMAGE A NENE HATUN : UNE HÉROÏNE DE GUERRE TURQUE

jeudi 6 juillet 2017, par Özcan Türk (Facebook), Pakize Temel

Par Özcan Türk

Je rends hommage au symbole de l’héroïsme féminin turc : Nene Hatun, décédée à 98 ans d’une pneumonie dans sa ville natale, à Erzurum, le 22 mai 1955. Elle nous a quittés il y a 62 ans jour pour jour.

Nene Hatun est un symbole légendaire de la femme turque qui guerroie contre l’ennemi pour sauver sa patrie. Sa figure héroïque sera un modèle et d’autres femmes turques très illustres reprendront le flambeau, lors de la Guerre de libération turque, comme sa consœur d’Erzurum : Kara Fatma ou Halide Edip Adıvar pour ne citer que ces deux héroïnes.

Nene Hatun s’est brillamment illustrée lors de la guerre turco-russe de 1877-1878 qui oppose l’Empire ottoman à l’Empire russe, allié à la Roumanie, à la Serbie et au Monténégro. Les Turcs nomment ce conflit : « 93 Harbi (Guerre de 93) » -1393 étant l’année du conflit dans le calendrier musulman-.

RAPPEL DES FAITS : Lorsque les minarets d’Erzurum diffusent l’alerte de l’attaque russe sur le fort d’Aziziye dans la nuit du 8 novembre 1877, la population turque s’arme de tous les outils qu’elle possède : fusils, couteaux, couperets, pelles, pioches… et court à la rescousse des soldats ottomans. La pucelle d’Orléans turque n’est pas pucelle et ne connaît pas Orléans. Mais en digne Jeanne d’Arc mariée à Mehmet Efendi, du haut de ses 20 ans, Nene Hatun mène vaillamment la population locale pour affronter l’assaillant russe. Hommes, femmes, adolescents, jeunes filles et même des enfants participent à cette bataille sanglante pour sauver leurs terres. Ils transportent des munitions aux soldats ottomans, soignent les blessés et les nourrissent. Ils prennent aussi une part active aux combats qui se transforment en bain de sang. La jeune bru turque Nene qui s’est énergiquement battue avec son couperet est blessée et du sang coule de son corps. Mais, les Russes sont repoussés dont 2000 trépassent devant la défense turque. Côté turc, pas moins de 450 civils perdent la vie.
L’action héroïque de Nene Hatun se révèle très précieuse pour la défense ottomane et entre dans l’histoire turque qui transforme Nene Hatun en légende.

Plus tard, lors de la Guerre de libération, 2 de ses 4 fils périssent en se battant pour le pays.

Ce n’est qu’en 1937 qu’un journaliste du quotidien Cumhuriyet, İsmail Habib Sevük fait connaître à la Turquie cette courageuse jeune femme, Nene Hatun lors d’un reportage qu’il réalise à Erzurum sur les anciens combattants de la Guerre de 93.

Pourtant, à l’instar de nombreux héros turcs comme le Grand Seyit « Koca Seyit » qui a soulevé un obus de 276 kg ayant permis de couler un cuirassé anglais lors de la bataille des Dardanelles, la vie de Nene Hatun se déroule également dans le besoin, si ce n’est dans la misère !

Ce n’est qu’en 1952 que le général Refik Koraltan, commandant du 9è corps d’armée, le général Nurettin Baransel, commandant de la 3è armée basée à Erzurum, le maire de la ville, le préfet de province et la Grande Assemblée nationale de Turquie décident enfin de donner à Nene Hatun la place qu’elle mérite dans le panthéon de l’histoire turque en lui attribuant le titre de « Grand-mère de la 3è armée ». Puis, en 1955, Nene Hatun est reconnue et honorée dignement par l’Union des femmes turques qui la nomme : « Mère de l’année » à l’occasion de la fête des mères.

De nombreux livres content son héroïsme et des films lui ont été dédiés comme celui tourné en 1973 : « La femme victorieuse » avec Türkan Şoray et Kadir İnanır.

Si Nene Hatun est une héroïne devenue à ce point emblématique, c’est qu’elle incarne à elle-seule tous les traits de la Turquie. Une Turquie viscérale, impétueuse, surprenante, improvisatrice mais aussi patriote, aimante et vaillante !

Nene Hatun est cette jeune femme de 20 ans qui part affronter l’ennemi avec un couperet à la main… et réussit ! Elle n’en tire qu’une gloire très tardive, sa vie se poursuivant essentiellement dans la misère. Les Turcs sont ainsi spontanés, impulsifs mais intrépides et généreux.

Hommage à Nene Hatun, hommage au courage des Turcs, hommage à la liberté !

Source : Özcan Türk


Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions légales |