Erdogan reproche à Washington de pas reconnaître que le PYD est tout aussi terroriste que Daech et le PKK

jeudi 11 février 2016

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan a très sévèrement critiqué la position des Etats-Unis vis-à-vis du PYD, branche syrienne du PKK, que Washington s’obstine à ne pas reconnaître comme une organisation terroriste.

Lors de sa rencontre hebdomadaire avec les maires des quartiers et des villages, mercredi, Erdogan s’est exprimé sur la situation en Syrie et la menace terroriste sur la Turquie.

« Eh Amérique ! Es-tu avec nous ou avec le PYD ? Nous connaissons très bien le PKK, le PYD ou encore le YPG, de la même manière que nous connaissons Daech. Mais vous avez été incapables de les connaître jusqu’à aujourd’hui, et c’est pour cette raison que la région est en sang ! » a-t-il lancé.

Le Président turc a fustigé la position américaine sur PYD (Parti de l’union démocratique en Syrie) .

Erdogan a rappelle aux Etats-Unis qu’il n’y a pas de différence "entre le PKK et le PYD" et a regretté que Washington ne veuille pas se rendre à cette évidence.

« Ceux qui prétendent que le PYD n’est pas une organisation terroriste, se font les avocats de ces groupes terroristes », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Erdogan a critiqué l’intervention russe en Syrie, accusant Moscou de prétexter la lutte contre Daech pour s’installer en Syrie.

Pour le chef de l’Etat, la situation en Syrie ressemble à la fable de la Grenouille et du Scorpion.

« Un jour ou l’autre, le scorpion piquera la grenouille car c’est dans son caractère, a-t-il dit. Un allié ne peut pas appliquer le principe ‘l’ennemi de mon ennemi est mon ami’ envers un autre pays allié. Dans ce cas, c’est exactement la situation actuelle. »

"La Syrie est désormais une question de sécurité intérieure pour la Turquie, a-t-il déclaré. Il est temps que nous mettions en pratique les mesures rationnelles et justes concernant la Syrie. Tous ceux qui ont abandonné la Turquie dans sa lutte contre le terrorisme le comprendront [que le terrorisme est une menace pour tous] un jour ou l’autre, mais ça sera trop tard."

"Nous connaissons très bien le but du jeu joué en Syrie au prix de la vie de 400 000 personnes innocentes a-t-il ajouté. Nous connaissons également les motifs derrière les actes de l’organisation terroriste séparatiste. Alors que nous étions à l’étape de lui faire abandonner les armes, le PKK a repris ses attaques pour faire couler le sang dans la région. Je le répète : ils ne réussiront pas."

Le président turc a ensuite, une nouvelle fois, fortement critiqué la communauté internationale qu’il accuse d’inaction face à la tragédie humaine qui perdure en Syrie.

Le Président Erdogan a estimé que "les événements en Syrie prennent la tournure d’une déportation, d’un génocide", et regretté que certains "voient les réfugiés comme des monstres et restent sourds et aveugles devant la responsabilité d’al-Assad".

"L’ONU nous demande d’ouvrir nos frontières. Mais à quoi sert cette organisation ? Nous avons accueilli près de 3 millions de réfugiés. Quel pays en a accueilli autant ?", a-t-il dénoncé.

Pour conclure, Erdogan a critiqué les comportements de certains députés du Parti Républicain du Peuple (CHP), qui ont appelé à une intervention internationale en Turquie pour mettre fin à la situation dans le Sud-est du pays.

« En agissant ainsi, ils servent la cause du PKK et réalisent son plus grand rêve, a-t-il affirmé. On ne peut pas faire de la politique en ce mettant du côté des terroristes et en s’opposant à l’Etat. Cela n’existe pas ailleurs dans le monde. Mais de cette manière, vous ne gagnerez jamais le cœur de notre peuple. »

Source : AA


Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions légales |