Interview de Marie-Christine Dalloz sur Radio Made in Turkey

vendredi 25 novembre 2016, par Pakize Temel

Marie-Christine Dalloz : "le législateur n’a pour mission ni de faire, ni de juger l’histoire"

Ce mardi 22 novembre, l’émission Politika de « Radio Made in Turkey (MIT) », la radio préférée des turcophiles, a interviewé madame Marie-Christine Dalloz, députée du Jura.

Interviewée en direct, au téléphone, madame Dalloz a répondu aux questions de l’animateur Özcan Bey sur l’actualité politique du pays, mais également sur les questions qui intéressent particulièrement les Franco-Turcs et les turcophiles francophones.

Pour réécouter l’interview, cliquez ici

Anciennement Maire de Martigna, madame Dalloz est, depuis 2007, députée Les Républicains de la 2è circonscription du Jura, qui inclut les communes de St Claude, Morez, Moirans en Montagne ou Champagnole, notamment. Egalement conseillère départementale, madame Dalloz évoque aussi ses engagements sur la scène politique française, notamment concernant les finances.

Primaires "surprises"

Revenant sur les résultats surprenants des élections primaires de la droite et du centre, madame Dalloz explique que les enquêtes et sondages ont été réalisés en dépit des avertissements relatifs au manque d’éléments concrets, tels que la non-connaissance de la base électorale. D’où des pronostics très éloignés de l’issue réelle des élections. Par ailleurs, madame la députée déplore que la base électorale de ces primaires ait été faussée par des électeurs de gauche venus voter en masse pour éliminer son candidat, Nicolas Sarkozy.

Affirmant demeurer fidèle à ses convictions, c’est le candidat François Fillon qu’elle soutiendra, dont elle met en avant l’expérience et le sérieux dont il fait preuve. En effet, madame la députée confie aux auditeurs de Radio Made in Turkey que, "émue et touchée par son discours" à la sortie de l’ancien Président dont elle soutenait la candidature, elle suivra ses consignes en soutenant celle de François Fillon.

Tout en reconnaissant la difficulté de mettre en œuvre le programme de François Fillon, tel que le plan de suppression des 500.000 postes de fonctionnaires, ou la suppression des 35 heures, Marie-Christine Dalloz en souligne la nécessité pour le pays. En effet, en sa qualité de membre de la commission des finances, madame la députée expose non seulement la problématique des coûts générés par certains postes au sein du service public mais aussi les difficultés financières engendrées par l’application des 35 heures, notamment en milieu hospitalier. Elle se montre donc favorable à un remaniement de l’emploi des fonctionnaires et préconise un plafond de 37 heures hebdomadaires, à minima, afin de réduire les coûts et particulièrement éviter la fermeture de centres hospitaliers.

A la question d’un auditeur sur les dispositions prévues pour empêcher le financement, sur le sol français, du PKK, qui est une organisation terroriste, Marie-Christine Dalloz déplore ne pas avoir d’information à ce sujet puisqu’il s’agit d’un dispositif mis en place par la police judiciaire et la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), sans impliquer les services fiscaux. Toutefois, la députée déclare qu’elle " n’a pas connaissance de la classification actuelle du PKK ", considérée "à l’époque" comme organisation terroriste. Özcan Bey lui rappelle que tel est toujours le cas aujourd’hui.

Il n’y a pas de problème d’intégration ; je pense qu’il y a un problème générationnel

Interrogée sur ses relations avec la communauté turque vivant dans sa circonscription, Marie-Christine Dalloz précise qu’elle se trouve être importante et qu’elle rencontre régulièrement les responsables d’associations.

Madame Dalloz souligne également que la communauté turque est bien intégrée en France, cependant elle fait remarquer les difficultés que peuvent rencontrer les Franco-Turcs de la 3è génération, à savoir qu’en tant que Français d’origine turque ces derniers ont un peu de mal à se faire accepter en tant que Turcs en Turquie ou en tant que Français en France.

Elle insiste également sur l’importance d’un travail commun à ce sens afin d’éviter toute "dérive sociétale" et met l’accent sur "la construction du vivre ensemble", dans le respect des règles de la République, à travers "l’ouverture et le partage de pratiques entre différentes communautés".

Egalité & Citoyenneté ?

Questionnée sur les lois mémorielles et la pénalisation d’une version de l’histoire, ce que renferme l’article 38 ter de la loi « Egalité et citoyenneté", la députée Marie-Christine Dalloz émet son avis aux auditeurs de Radio Made in Turkey ainsi qu’elle affirme l’avoir énoncé en temps utile au Parlement français. A savoir que " le législateur n’est pas là pour faire ou juger l’histoire ", et qu’elle préfère " laisser aux historiens la charge de faire l’histoire ". Pour Madame Dalloz, instaurer une peine lourde sur la négation d’un génocide " ne va pas dans le sens de l’apaisement ". Elle souligne également qu’il serait " plus juste de laisser les historiens se mettre d’accord " et indique qu’elle signera et invitera d’autres députés à signer la saisine du Conseil Constitutionnel à ce sujet.

Quant à la promesse de F. Fillon, faite dans une déclaration, auprès d’une association arménienne, d’inscrire la date du 24 avril dans le calendrier de la République française, elle estime qu’il s’agit là " d’une erreur de la part de F. Fillon " car pour elle, cela revient à "mettre de l’huile sur le feu".

Une Turquie Européenne ?

Enfin, quant à l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne, Marie-Christine Dalloz estime que c’est "prématuré" encore à l’heure actuelle, "la Turquie a besoin de s’organiser, de se structurer" d’une part. D’autre part, elle évoque la nécessité de repenser l’Europe qui était supposée être un facteur de stabilisation mais au lieu de cela, l’élargissement trop rapide ainsi que la centralisation de l’administration au détriment de la politique de l’élu sont "nuisibles aux citoyens" . De plus, ajoute-t-elle, la sortie du Royaume-Uni "va avoir de graves conséquences", et préconise donc de repenser l’Europe avant de penser à s’élargir davantage.


Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions légales |