"Les événements de 1915 méritent d’être étudiés sur un plan scientifique"

dimanche 24 avril 2016, par Hakan

Interviewé par l’Agence Anadolu, Turan a commenté les allégations arméniennes sur les événements de 1915. Rappelant que le président des États-Unis, Barack Obama, a qualifié ces événements de « Meds Yeghern », qui signifie de « Grande Catastrophe » en arménien, Turan a déclaré : « C’est important qu’Obama aie parlé de catastrophe concernant ces événements, tout comme l’année dernière".

"Nous considérons cela comme étant une expression politique. Nous estimons que les allégations [et l’histoire des événements] doivent être étudiées de manière scientifique", a-t-il poursuivi.

Selon Turan, une conférence a été organisée au mois de mars écoulé aux États-Unis avec la participation de plus d’une centaine d’associations turques, ainsi que de l’historien et expert américain de l’époque ottomane, le Professeur Justin McCarthy.

Le président du TTK a insisté sur le fait que l’Institut se penche en continu sur cette question et produira des travaux diffusions « convaincants ».

D’après Turan, la question arménienne relève de plusieurs domaines dont ceux de la "science et la propagande". Les allégations arméniennes sur les événements de 1915 doivent être étudiées de manière scientifique, a souligné le président de l’Institut d’Histoire turque (TTK), Refik Turan.

« Nous disposons de sources solides concernant la question arménienne", a-t-il poursuivi.

"Nous ne les avons pas encore partagé avec le grand public. Nous travaillons justement sur cela. Nous avons un ’Recueil Arménien’ en dix volumes qui rassemble les publications en Turquie et à l’étranger sur le sujet. Nous visons à l’élargir à au moins vingt volumes pour ensuite les rendre publics partout", a-t-il mentionné.

Le président du TTK a relevé qu’il faut être "plus visionnaire et plus actif pour se fixer une feuille de route et convaincre les gens et la communauté internationale".

La Turquie considère que les événements de 1915 ne peuvent être reconnus comme tel et qu’il s’agissait d’« une tragédie commune » pour les parties concernées. La Turquie défend l’idée que ces parties doivent chercher à comprendre le contexte de 1915, et à faire preuve de respect face aux drames vécus par chacun dans une approche faisant appel à une « mémoire juste ».

La Turquie propose qu’une commission composée d’historiens turcs, arméniens et internationaux, étudient les archives des deux parties et des pays tiers.

Erevan n’a pas su se saisir de l’opportunité de normaliser les relations.

En octobre 2009, les deux pays ont signé, à Zurich en Suisse, deux protocoles pour développer à nouveau des relations diplomatiques et encourager les relations bilatérales.

Les protocoles prévoyaient d’étudier les sources et archives historiques pour élucider et surmonter ce différend, et de reconnaître puis rouvrir les frontières entre les deux pays.

Le gouvernement turc a transmis au parlement les protocoles pour leur ratification. Mais, pour sa part, le gouvernement arménien les a soumis à la Cour Constitutionnelle, qui les a trouvés contraire à la constitution.

En janvier 2010, l’Arménie a annoncé qu’il les gelait, pour finalement les rejeter, cinq ans après, en février 2015.

Source : avec AA


Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions légales |