samedi 4 février 2023

L’Ouzbékistan ouvre la porte de ses trésors au Louvre et à l’Institut du monde arabe

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 216
L'Ouzbékistan ouvre la porte de ses trésors au Louvre et à l'Institut du monde arabe

Voilà quinze siècles qu’elle attendait : une foule en liesse, venue raconter la Samarcande d’avant Samarcande. Il y a cinq ans, en fouillant la résidence de souverains nomades iraniens, les archéologues découvrent une porte de bois calciné.

Porte en bois calciné de Kafir Kala, sculptée vers l'an 550, retrouvée à Samarcande (Ouzbékistan).
Porte en bois calciné de Kafir Kala
Sculptée vers l’an 550, retrouvée à Samarcande (Ouzbékistan).
ANDREY ARAKELYAN/MUSÉE DU LOUVRE

Ce n’était qu’un bloc informe ; elle est aujourd’hui l’une des pièces majeures de l’exposition « Splendeurs des oasis d’Ouzbékistan » au Louvre. Quand nous la découvrons, au printemps, elle sort d’une miraculeuse restauration effectuée à l’Institut du patrimoine de Samarcande. Le bâtiment décati a des allures d’école désaffectée. Il a fallu pourtant déployer des merveilles de technologie et de savoir-faire pour faire parler ce pan de charbon, et réveiller son armée des ombres, sculptée vers l’an 550.

Carreau de revêtement, Iran, fin XIVe siècle. R. CHIPAULT/MUSÉE DU LOUVRE/RMN GRAND PALAIS
Carreau de revêtement
Iran, fin XIVe siècle.
R. CHIPAULT/MUSÉE DU LOUVRE/RMN GRAND PALAIS

« Ce panneau est exceptionnel, s’enthousiasme Yannick Lintz, qui a orchestré l’exposition comme directrice des arts de l’islam au Louvre. Quand on a proposé d’en retrouver le décor, on nous a traités de fous. Mais le résultat est stupéfiant. » Incendiée lors de la conquête musulmane au VIIIe siècle, la porte a continué à se consumer sous terre. « Le bois d’orme est passé d’organique à minéral, ce qui a permis une préservation exceptionnelle de la sculpture, s’émerveille une des restauratrices françaises chargées de ce joyau. Cette restauration est la chance d’une vie, on a très peu de panneaux de bois de cette période. » Pour la transporter jusqu’au laboratoire, il a fallu créer un moule parfait en défonce numérique. Elle a ensuite été consolidée à l’aide de résines avant que, millimètre par millimètre, n’en soit dégagé le décor originel.

Poids aux serpents, vallée du Ferghana, troisième millénaire avant J.-C. ANDREY ARAKELYAN
Poids aux serpents, vallée du Ferghana
Troisième millénaire avant J.-C.
ANDREY ARAKELYAN

***
"Splendeurs des oasis d’Ouzbékistan"
Musée du Louvre, Paris 1er. Jusqu’au 6 mars 2023,
tous les jours sauf le mardi de 9 h à 18 h, 21 h 45 les vendredis.
Prix : 17 €.

***
"Sur les routes de Samarcande. Merveilles de soie et d’or".
Institut du monde arabe, Paris 5e. Jusqu’au 4 juin 2023.
***

Visitez le site du Louvre

Dossier pédagogique

À lire aussi